Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Essonne : "Il serait peut-être temps qu'on soit reconnus !" témoigne une auxiliaire de vie

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Une intersyndicale du secteur de l'aide aux personnes âgées appelle à la grève mardi 8 octobre. Elle dénonce le manque de moyens alloués par l'État aux EHPAD mais aussi aux services d'aide à domicile, les "grands oubliés" du projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Témoignage.

Vanina Laugier est auxiliaire de vie depuis 21 ans. Elle gagne à peine plus de 1000 euros par mois, pour 30 heures de travail par semaine.
Vanina Laugier est auxiliaire de vie depuis 21 ans. Elle gagne à peine plus de 1000 euros par mois, pour 30 heures de travail par semaine. © Radio France - Noémie Philippot

Corbeil-Essonnes, France

Ils tirent la sonnette d'alarme ! Les syndicats du secteur de l'aide aux personnes âgées appellent à la grève ce mardi 8 octobre. Pour eux, les moyens financiers prévus par le gouvernement dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale ne sont pas à la hauteur des enjeux.  

Les syndicats souhaitent que les EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) répondent présents, mais aussi les représentants des services d'aides à la personne, considérés comme "les grands oubliés" de ce projet de loi. Le gouvernement prévoit une enveloppe de 50 millions pour ces professionnels de l'aide aux personnes âgées, "déjà prévus dans la feuille de route de la ministre des Solidarités et de la Santé du 30 mai 2018" pointe notamment l'Union Nationale de l'Aide, des Soins et des Services aux Domiciles. 

Difficile de faire grève pour les aides à domicile

Vanina Laugier est auxiliaire de vie depuis 21 ans. Elle travaille pour l'association Aide et Soins à Domicile, à Corbeilles-Essonne. Si elle est "énervée", elle ne compte pas pour autant faire grève : "Je ne me vois pas dire aux personnes : ce jour-là nous ne pourrons pas vous lever, lavez-vous toute seule, ou faites votre repas tous seuls ... c'est très compliqué." Plus compliqué en tout cas selon elle que dans les EHPAD, où les équipes peuvent organiser des roulements. Les EHPAD sans moyens non plus, mais avec plus d'attention estime Vanina Laugier : "C'est énervant à la fin d'entendre toujours les EHPAD. Je comprends qu'ils aient peut-être plus de pression ou de travail que nous, mais nous, on a aussi beaucoup plus de demandes de personnes qui veulent rester au domicile." 

Pendant que les demandes sont en hausse, les salaires n'augmentent pas. Une auxiliaire de vie passe ses sept premières années de carrière rémunérée au SMIC. En travaillant à temps partiel 30 heures par semaine, Vanina Laugier touche à peine plus de 1.000 euros par mois : "Il serait peut-être temps qu'on soit revalorisés, qu'on soit reconnus !" s'exclame-t-elle, "sans finances, nos associations, soit elles ne tiennent pas, soit elles tiennent sur un petit fil."

Des moyens aussi pour les personnes âgées

Pour elle, ce manque de moyens montre aussi que le gouvernement dénigre les personnes âgées : "Il y en a qui ne peuvent pas aller dans les EHPAD, parce que financièrement c'est hyper cher. L'État n'arrête pas de dire qu'il serait bien que les seniors restent aussi dans leur domicile, mais pour ça, il faudrait bien leur donner les moyens !" Malgré la colère, Vanina Laugier fera donc bien sa tournée aujourd'hui, à pieds, pour aider quatre à six personnes à faire leur toilette, prendre leur repas ou encore entretenir leur maison. 

Choix de la station

France Bleu