Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On est en rupture de stock" : à Grenoble, les pharmaciens n'ont plus de vaccins contre la grippe

-
Par , France Bleu Isère

La pénurie de vaccins contre la grippe se fait ressentir à Grenoble. Les pharmacies sont en rupture de stock, une pénurie qui pourrait durer jusqu'à mi-novembre pour certaines officines.

De nombreux pharmaciens craignent des ruptures de stock cette année concernant le vaccin contre la grippe.
De nombreux pharmaciens craignent des ruptures de stock cette année concernant le vaccin contre la grippe. © Radio France - Lionel Le Saux

Dans cette pharmacie de Grenoble du quartier de la Préfecture, impossible de se faire vacciner contre la grippe saisonnière. "On n'a plus de doses de vaccins depuis le 14 octobre", regrette Aurélie Bouvier, la préparatrice.  Soit le lendemain du début de la campagne de vaccination. "Mais on va recevoir une nouvelle livraison mi-novembre, si tout va bien". Près de cent patients sont déjà inscrits sur la liste d'attente de la pharmacie.

Mêmes difficultés dans la pharmacie suivante du quartier Valmy . "Je ne comprends pas", s'agace Françoise, la pharmacienne. "J'ai commandé la même quantité que d'habitude, je n'en ai reçu que le quart. Pourtant, toutes les pharmacies de France passent leurs commandes au moins un an à l'avance". 

Cinq millions de doses vendues en une semaine

Onze millions de personnes fragiles, prioritaires pour se voir administrer ce vaccin, ont reçu comme tous les ans un bon de la Sécurité sociale à utiliser en pharmacie. Mais cette année, elles sont plus nombreuses à l'utiliser, par peur de contracter aussi la Covid-19. "Habituellement, environ 48% des personnes qui reçoivent le bon se font vacciner", souligne Hugues Videlier, pharmacien en Isère et président de l'Ordre régional des pharmaciens d'Auvergne-Rhône-Alpes. "Cette année, les gens ont peur, alors ils sont plus nombreux à les utiliser"

D'où cette pénurie, qui devrait selon lui se résorber dans les semaines à venir. "C’est la première fois cette année qu'on livre les vaccins en plusieurs fois. Les pharmaciens vont recevoir d'autres stocks fin novembre, puis fin décembre. Ça va arriver petit à petit. L'essentiel est que les personnes à risque se fassent vacciner, pour qu'elles n'attrapent pas en même temps le coronavirus et la grippe". Les autorités sanitaires espèrent que 75% des personnes fragiles recevront le vaccin. 5 millions de doses ont été vendues depuis le 13 octobre en France, contre 11 millions au total l'an dernier sur toute la campagne de vaccination. 

-
- © Getty
Choix de la station

À venir dansDanssecondess