Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"On est le dernier lien social" : un buraliste justifie l'ouverture des tabacs en plein crise du Coronavirus

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Le premier ministre Edouard Philippe a annoncé samedi soir la fermeture au public de tous les lieux non indispensables à savoir les bars, les discothèques, les restaurants et les cinémas. Restent ouverts les pharmacies, les supermarchés, les banques et les tabacs.

L’enseigne d’un bureau de tabac (photo d’illustration)
L’enseigne d’un bureau de tabac (photo d’illustration) © Radio France - Aurélien Accart

Les tabacs sont-ils réellement des lieux indispensables ? Dès l'annonce d'Edouard Philippe, nombreux ce sont étonnés du maintien de l'ouverture des bureaux de tabac. Ils sont pourtant bien dans la liste des lieux autorisés au public énoncés par le premier ministre samedi soir. "C'est normal de rester ouvert, on est le dernier lien social dans les quartiers des grandes villes mais aussi dans les petits villages", affirme Alain Sauvage, buraliste à Châlons-en-Champagne (Marne), membre de la confédération des débitants de tabac.

"On ne vend pas que du tabac"

"Il est impensable de priver la population de tabac et puis même on ne vend pas que du tabac. Nous vendons de la presse, nous pensons qu'il est indispensable de maintenir l'accès à cette source d'informations pour la population et puis nous avons aussi d'autres services", affirme Alain Sauvage.

Les buralistes inquiets

Dimanche matin les buralistes marnais ont ouvert leurs portes, certains avec un masque sur le visage. "Il est certain que nous sommes inquiets. Nous avons communiqué aux membres de notre confédération les premières règles à savoir respecter une distance d'un mètre avec nos clients, se laver régulièrement les mains, mettre dès que possible du gel à disposition des clients d'autant plus que le virus peut se transmettre via les pièces de monnaie", détaille le membre de la confédération des débitants de tabac.

Selon lui, la profession ne compte pas demander d'aide à l'État pour le moment dans la mesure où les bureaux de tabac restent ouverts et leur activité ne faiblit pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess