Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"On est sur un plateau décroissant mais une deuxième vague est possible", dit le directeur du CHU de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Le directeur du CHU de Toulouse explique que le nombre de personnes hospitalisées est en baisse grâce au confinement mais assure qu'il faut rester vigilant, notamment en vue du déconfinement qui pourrait amener "une deuxième vague" dans les hôpitaux.

La visioconférence organisée pour la presse par le CHU de Toulouse ce vendredi 10 avril
La visioconférence organisée pour la presse par le CHU de Toulouse ce vendredi 10 avril - Capture d'écran

Le plus dur est-il passé au CHU de Toulouse dans la crise du Covid-19, ou en tout cas la première "vague" ? Santé Publique France a rendu public ses chiffres ce vendredi et, après un mois de hausse, on observe un relatif ralentissement de l'épidémie dans les 13 départements de la région alors que la maladie a fait 203 morts dans notre région. Logiquement, cette tendance encourageante se retrouve au CHU de Toulouse.

Le confinement porte ses fruits 

Ainsi, ce vendredi,  157 patients sont hospitalisés au CHU de Toulouse, contre 170 jeudi et 176 mercredi. "On est sur un plateau descendant d'activité grâce au confinement", explique Marc Penaud, le directeur du CHU de Toulouse en visioconférence ce vendredi. Mais une deuxième vague est possible assure-t-il, notamment parce que le virus ayant peu circulé en Haute-Garonne et bien la population est moins bien immunisée et devra donc bien respecter les gestes barrières lors de la sortie du confinement. "On travaille sur plusieurs scénarios pour ce déconfinement pour être prêt", explique Marc Penaud. 

Parmi les 157 patients pris en charge au CHU de Toulouse à cause du coronavirus, il y en a 52 hospitalisés en réanimation. Le plus jeune à 19 ans et le plus âgé  a 88 ans.  Le profil des patients du CHU n'a pas changé depuis le début de la crise : ce sont à 75% des hommes, avec un  surpoids (pas forcément obèses), de l'hyper tension artérielle et du diabète. La moyenne d'âge se situe entre 55 et 70 ans. La direction du CHU précise que 197 patients sont sortis en bonne santé du CHU de Toulouse et qu'à l'inverse, 17 patients sont décédés. 

Le CHU aide les Ehpad

Par ailleurs, fait marquant dans les chiffres de Santé Publique France : sur les 203 décès en Occitanie, près de la moitié (93 exactement) ont eu lieu dans les Ehpad. Dans deux cas sur trois, les victimes décèdent dans la structure, dans un cas sur trois à l'hôpital. D'où l'importance de dépister en maison de retraite ; d'ailleurs, lundi 6 avril le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé une nouvelle doctrine : dès les premières suspicions de Covid, la personne  âgée et surtout l'ensemble du personnel sont testés. 

Depuis le 18 mars dernier, le CHU de Toulouse a mis en place un dispositif pour aider les équipes des Ehpads. Concrètement, il y a une plateforme téléphonique dédiée aux médecins et aux soignants pour qu'ils posent leurs questions ms aussi pour qu'ils puissent demander des tests sans passer par les urgences. Dans ce cas, le CHU envoie un binôme d'infirmiers dans les chambres des résidents pour des prélèvements. Yves Rolland, responsable du pole gériatrique du CHU fait un premier bilan pour la Haute Garonne : "Nous avons pris en charge 47 Ehpad, nous avons dépisté 138 résidents et repéré 14 avec des cas de Covid-19".

"Continuez d'appeler le Samu"

Enfin, le responsable du Samu 31 Vincent Bounes précise qu'il y a moins d'appels liés au Covid-19, "ce qui est une bonne chose" car il note une reprise d'activité sur d'autres pathologies, mais il rappelle que les patients hors Covid peuvent toujours appeler le Samu. "On a des patients avec des AVC ou infarctus à dix jours parce qu'il ne voulaient pas gêner ou être exposés au virus, mais nous continuons à les prendre en charge en faisant attention", tient à rappeler Vincent Bounes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess