Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'association Alliance VITA distribue des guides sur la fin de vie à Montpellier

dimanche 12 novembre 2017 à 4:39 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault

L'association Alliance VITA, anti-euthanasie et pro-loi Leonetti, tracte régulièrement place de la Comédie à Montpellier. Elle distribuait ce week-end un guide pour informer sur les directives anticipées, ces choix que l'on peut faire avant de se retrouver à l'hôpital en soins palliatifs.

Selon l'association "Alliance VITA", le gouvernement devrait renforcer les soins palliatifs.
Selon l'association "Alliance VITA", le gouvernement devrait renforcer les soins palliatifs. © Maxppp - Guillaume CLEMENT

Montpellier, France

"Et vous, qu'est ce que vous aimeriez faire avant de mourir ?" Voilà la question que posait l'association Alliance VITA sur la place de la Comédie à Montpellier. Cette association anti-euthanasie, prône la valorisation des soins palliatifs.

Elle distribue des guides à remplir dans les rues d'une centaine de villes en France dont Montpellier. Un guide sur les directives anticipées, pour informer ses proches de ses choix en cas d'hospitalisation.

Un sondage IFOP réalisé par l'association a déterminé que 86% des Français n'avaient pas rédigé leurs directives anticipées. Depuis la loi Leonetti et son actualisation en 2016, on peut choisir la prise en charge médicale et chirurgicale que l'on désire avant de mourir.

Choisir une "personne de confiance"

Pour faire reconnaître ses directives anticipées, vous pouvez choisir une personne de confiance, une personne pour parler à votre place si une maladie ou un accident nous empêche de le faire.

Le mieux c'est de rédiger vos choix sur papier avec votre nom et la date, et d'en faire 3 copies : une pour vous, une pour la personne de confiance et une pour votre médecin. Dessus, vous pouvez y noter les types d'opérations que vous acceptez ou non (dialyses, assistance respiratoire, alimentation et hydratation artificielles...), si vous souhaitez être maintenu en vie en cas de coma profond ou si vous êtes pour la sédation profonde. La sédation profonde consiste à administrer des anti-douleurs en plus du traitement pour faire perdre connaissance petit à petit jusqu'au décès.

Depuis 2016, ces directives n'ont pas de limite de temps. Vous pouvez les modifier à tout moment. Les médecins doivent les respecter sauf 2 exceptions : en cas d’urgence vitale, le médecin met tout en oeuvre pour vous sauver, le temps d'évaluer votre état de santé global et dans le cas où vos directives paraissent non-conformes avec votre situation médicale.

Les directives anticipées, sont aussi le moyen de penser à l'après... et de dire par exemple si l'on est donneur d'organes.

Le site de l'administration française donne tous les détails et propose deux formulaires selon votre état de santé.