Santé – Sciences

Etes-vous en confiance quand vous allez à l'hôpital ?

Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Alsace mardi 15 avril 2014 à 12:24

Santé, hopital, chirurgiens (illustration)
Santé, hopital, chirurgiens (illustration) © Fotolia

Les hôpitaux sont de plus en plus souvent attaqués par les patients et leurs familles. Dernier exemple en date : la plainte des parents d'un jeune homme décédé quelques heures après son arrivée aux urgences du CHU de Hautepierre.

Le parquet de Strasbourg a décidé de renvoyer en correctionnelle le chirurgien qui était de garde ce 23 septembre 2008, quand Maxime, jeune champion cycliste a été hospitalisé pour des douleurs au ventre. Il est décédé quelques heures plus tard d'une hémorragie interne. La famille du jeune homme s'est associée à d'autres familles de patients pour dénoncer "les carences de l'hôpital".

Une pétition suivie d'améliorations

Au-delà de ce cas particulier, nous revenons sur les conditions de travail dans les services d'urgences des hôpitaux publics. Il y en a deux à Strasbourg : au CHU de Hautepierre et au Nouvel Hôpital Civil. Il y a un an, le personnel de l'hôpital lançait un appel pour le désengorgement des urgences. Sa pétition avait recueilli plusieurs centaines de signatures. 

Depuis, la situation s'est légèrement améliorée, estime Syamak Agha-Babaei, membre de l'association des médecins urgentistes de France (AMUF) : "Nous avons obtenu gain de cause concernant le passage aux 48h hebdomadaires, alors qu'on atteignait parfois les 60h". Le médecin estime toutefois que les problèmes de fond ne sont pas résolus : le nombre de lits de court séjour est en baisse alors que le recours aux urgences est de plus en plus fréquent. 

 

Partager sur :