Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EXCLU - Environ 6.000 doses d'AstraZeneca refusées à des médecins dorment depuis des semaines au CHU de Tours

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

C'est une information France Bleu Touraine. Environ 6.000 doses d'AstraZeneca dorment depuis des semaines au CHU de Tours, malgré le souhait de plusieurs médecins de les récupérer. En cause : une étrange classification administrative.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Bienvenido Velasco

Alors que la campagne vaccinale contre le Covid-19 s'ouvre, ce lundi 10 mai, aux 50-55 ans, quelque soit leur état de santé, il y a des choses qui peuvent aberrantes. Selon nos informations, environ 6.000 doses d'AstraZeneca dorment depuis des semaines au CHU de Tours. 

En réalité, ces doses sont fléchées pour les soignants. L'Agence Régionale de Santé (ARS) avait passé commande en février dernier pour permettre l'injection des deux doses au personnel para-médical, médecins et infirmiers du CHU de Tours.

Un embargo sur les doses

Or, beaucoup n'en veulent pas. Certains ne sont même pas faits vacciner avec pour la première dose, préférant un autre sérum, et comme les soignants de moins de 55 ans ne peuvent plus prendre d'AstraZeneca, les flacons sont inutilisés et restent au frigo de la pharmacie de l'hôpital.

L'information arrive aux oreilles de médecins de ville qui tentent de les récupérer pour leur patientèle. Mais on leur explique que c'est impossible, qu'il y a un embargo dessus, ce qui nous est confirmé par plusieurs sources. En clair, il est compliqué de déclasser ces doses réservées aux soignants. Même le CHU de Tours ne peut pas les utiliser pour vacciner ses patients les plus dans le besoin.

C'est une aberration de plus de l'administration française

"C'est une aberration de plus de l'administration française", nous explique un généraliste, qui ne décolère pas. "Quand on nous explique qu'il faut vacciner le plus possible, qu'il faut augmenter la cadence, j'ai du mal à comprendre la logique."

Que vont donc devenir ces 6.000 doses d'AstraZeneca ? "Elles seront sûrement rendues à l'ARS", suppose un autre médecin. Contactée, l'Agence Régionale de Santé nous assure qu'il existe des doses d'AstraZeneca entreposées au CHU de Tours et qui servent bien à "approvisionner la médecine du travail et les médecins de ville qui souhaitent plus de flacons". Mais elle ne nous précise pas si ce sont d'autres doses que celles fléchées pour le personnel soignant.

L'ordre des médecins perplexe

Du côté de l'ordre des médecins en Indre-et-Loire, son vice-président Christophe Génies se dit "très surpris" de cette situation. "Je reste intimement persuadé que s'il y a effectivement des doses en trop, les autorités compétentes, à savoir l'ARS et la préfecture, sauront les répartir pour les gens qui ont fait la demande." 

Christophe Génies estime qu'aujourd'hui, au contraire, il a du mal à écouler ses stocks. "Pour moi, cette histoire de médecins à qui on refuse des doses me paraît bizarre. Parce que ça ne colle pas la réalité du terrain en Indre-et-Loire. Je vais prendre mon cas personnel. J'ai par exemple 145 doses d'AstraZeneca dans mon frigo et je vaccine très peu avec ces derniers temps, parce que pour diverses raisons, ce vaccin n'a pas bonne presse. D'ailleurs, je ne vois pas pourquoi, parce qu'il y aussi des effets secondaires avec Pfizer et Moderna, mais passons. En tout cas, je ne fais plus de primo-vaccination avec AstraZeneca, on va arriver sur les deuxièmes doses et j'ai de quoi faire. Donc que des médecins en manquent, j'ai du mal à le croire." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess