Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EXCLU - Les essais de vaccin contre Ebola suspendus en France

Strasbourg, France

Un essai clinique portant sur un vaccin contre le virus Ebola a été suspendu de manière temporaire, selon les informations recueillies par France Bleu Alsace et France Info. En France, 300 volontaires devaient être recrutés, notamment à Strasbourg.

Les essais de vaccin contre Ebola sont arrêtés depuis le 26 avril
Les essais de vaccin contre Ebola sont arrêtés depuis le 26 avril © Maxppp -

Les essais cliniques destinés à tester un vaccin contre le virus Ebola ont été suspendus en France, selon les informations de France Info et France Bleu Alsace.

300 volontaires devaient être recrutés pour cet essai thérapeutique, lancé par l'Inserm. Les tests avaient lieu à Tours, Paris, Créteil, Lyon, Marseille, Saint-Etienne, Rennes et Strasbourg. Les volontaires, rémunérés, devaient avoir entre 18 et 65 ans et être en bonne santé.  Ils devaient recevoir deux piqûres du vaccin Ebovac 2, du laboratoire Janssen. La première a été injectée en janvier ou en février, selon les centres.

Les essais suspendus depuis le 27 avril

Mais le 26 avril dernier, les médecins se sont aperçus que l'une des personnes vaccinées avait développé un syndrome de Miller-Fisher, une variante assez rare du syndrome de Guillain-Barré. Il s'agit d'une maladie neurologique qui touche les nerfs crâniens.

La personne malade est d'origine lyonnaise, mais on ne sait pas où elle a été vaccinée, ni si le vaccin est responsable des symptômes développés, mais l'Inserm a décidé de suspendre l'étude dès le 27 avril. Elle ne reprendra pas tant que l'Agence nationale de sécurité du médicament n'aura pas donné son feu vert.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess