Infos

Exercice nucléaire à Cherbourg : la sirène inaudible à certains endroits

Par Julien Pasqualini, France Bleu Cotentin jeudi 28 janvier 2016 à 19:46

Le poste médical installé sur le port militaire
Le poste médical installé sur le port militaire © Radio France - Julien Pasqualini

L'exercice nucléaire impliquant la population s'est déroulé comme prévu ce jeudi à Cherbourg. Tout s'est bien passé selon la préfecture, qui reconnaît toutefois que la sirène n'a pas été entendue partout.

Il était aux environs de 9 heures ce jeudi matin lorsque la sirène a retenti dans l'agglomération de Cherbourg, dans le cadre de l'exercice nucléaire. Trois signaux d'une minute et 41 secondes chacun, mais que beaucoup n'ont pas entendus, ou très faiblement. "Ca fait partie des choses qu'il faudra corriger" note le préfet de la Manche Jacques Witkowski. Par ailleurs, l'alerte diffusée dans les médias et notamment sur France Bleu Cotentin fait état d"un plan Orsec. "Pas tout le monde ne sait ce que cela veut dire, sans doute faudra-t-il être plus clair" relève le préfet.

Pour le reste, tout s'est bien passé selon la préfecture. Les 2000 civils et militaires de la base navale de Cherbourg, concernés en premier lieu, ont joué le jeu, puisque le scénario de l'exercice prévoyait un incident à bord d'un sous-marin nucléaire d'attaque.  Huit victimes fictives ont été accueillies au sein d'un poste médical installé dans l'enceinte du port militaire. Les 25 000 habitants dans un rayon de deux kilomètres étaient aussi invités à participer, mais pas grand monde ne l'a fait. Les 34 établissements scolaires, soit 9000 élèves, ont eux respecté les consignes de confinement pendant deux heures. 

Les éléves de l'école Asselin sont restés confinés pendant deux heures - Radio France
Les éléves de l'école Asselin sont restés confinés pendant deux heures © Radio France - Julien Pasqualini

L'école primaire Dujardin fermée pendant l'exercice, les éléves confinés - Radio France
L'école primaire Dujardin fermée pendant l'exercice, les éléves confinés © Radio France - Julien Pasqualini

Partager sur :