Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Expédition "Deep Time" en Ariège : quelles suites pour les 15 aventuriers?

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Après leur expérience de 40 jours sous terre, dans la grotte de Lombrives, les 15 volontaires de l'expédition "Deep Time" vont passer toute une batterie de tests avant de pouvoir reprendre leur vie normale. Ils sont sortis samedi.

Les participants à la mission Deep Time vont passer de nombreux tests médicaux ces prochaines semaines
Les participants à la mission Deep Time vont passer de nombreux tests médicaux ces prochaines semaines © Radio France - Flora Midy

Les 15 participants de l'expédition "Deep Time" ont enfin retrouvé la lumière du jour, samedi, après avoir passé 40 jours dans la grotte de Lombrives en Ariège. La mission a pour objectif de connaître les conséquences d'un tel confinement, sans aucun repère temporel du début jusqu'à la fin, sur le corps et le cerveau humain. Après l'expérience à 400 mètres sous terre, c'est désormais une nouvelle phase qui s'ouvre pour "Deep Time" : celle des chiffres et des sciences.

Analyser les cycles de sommeil

Les huit hommes et huit femmes volontaires pour cette mission ont déjà effectué toute une batterie d'analyses avant leur descente, mais aussi pendant leur vie dans la grotte. "L'une des priorités, c'est de mieux comprendre leurs cycles de sommeil. Ils ont donc dormi avec des électrodes sur les tempes, toutes les nuits. Nous allons récupérer ces données et les analyser", explique Stéphane Besnard, médecin spécialiste de neurophysiologie au CHU de Caen, et coéquipier resté sur terre. 

L'une des premières conclusions, déjà établie, c'est que les journées ont été longues : autour de 32 heures par jour. Ceci explique que les 15 participants aient été surpris à l'annonce de la fin de l'expérience, certains pensaient n'être arrivé qu'au 31e jour. 

Passage à l'Institut du cerveau de Paris

Cette semaine, ils se rendent à l'Institut du cerveau de Paris, pour faire des IRM. Les médecins vont étudier leur état psychique, mais aussi physique après ces 40 jours sans repère. Les scientifiques doivent aussi analyser leurs carnets de bords, dans lesquels les 15 équipiers ont écrits leurs ressentis jour après jour. 

Leur corps seront auscultés, certains ont perdu du poids, de la masse, à cause du froid et de l'humidité. Il ne fait que 10 degrés dans la grotte, avec un taux d'humidité de 100%. Et puis, tout l'intérêt de cette expédition, c'est de voir comment l'homme s'adapte en groupe dans de telles conditions. Ces données pourraient notamment servir pour de futures missions dans l'espace. Le confinement dans l'espace serait sensiblement le même que celui des profondeurs de la terre.

Il faudra être patient. La totalité des résultats de la mission "Deep Time" ne pourrait être connue que dans plusieurs mois. D'ici là, toute l'équipe sera suivie de près par des psychologues, le temps qu'ils reprennent normalement le cours de leur vie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess