Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Face aux visiteurs qui enlèvent le masque, l'hôpital du Mans s'inquiète et pourrait sévir

-
Par , France Bleu Maine

L'hôpital du Mans s'inquiète des incivilités de plus en plus fréquentes de la part de visiteurs qui rechignent à porter le masque ou veulent venir à plusieurs.

Panneau indiquant les restrictions des visites à l'entrée du centre hospitalier du Mans.
Panneau indiquant les restrictions des visites à l'entrée du centre hospitalier du Mans. © Radio France - Alexandre Chassignon

La majorité des visiteurs du centre hospitalier du Mans appliquent les mesures en vigueur : une personne par jour et par patient, port du masque en permanence, hygiène des mains... mais une minorité "a du mal à comprendre, il faut parfois insister lourdement" s'inquiète Christophe Guitton, chef du service réanimation.

Même dans son service, qui accueille par définition des personnes dont l'état de santé est très précaire, il regrette que certains enlèvent le masque une fois auprès de leur proche. "Le personnel a beaucoup de travail, si en plus il faut faire la police... soupire Christophe Guitton. Pendant ce temps on ne fait pas autre chose".

Le spectre de la fermeture aux visiteurs

Ces incivilités progressent dans tous les services, déplore l’hôpital. Si elles ne cessent pas rapidement, et avec elles les risques de contamination, les conséquences risquent d'être importantes.

"Notre politique est plutôt à l'ouverture maximale des visites mais c'est une question de sécurité. Si la situation se complique l'hôpital sera obligé de limiter drastiquement les visites comme en mars-avril. Personne ne le souhaite, ce n'est pas une menace mais ça risque de devenir une nécessité".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess