Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Faites vous dépister malgré le confinement" alerte le dépistage organisé des cancers dans la Vienne

-
Par , France Bleu Poitou

Au moment du premier confinement, beaucoup de personnes ont annulé ou reporté leurs rendez-vous pour se faire dépister. Pour ce deuxième confinement, le dépistage organisé des cancers dans la Vienne veut à tous prix éviter cette situation explique Caroline Tournoux-Facon, médecin-coordinatrice.

Caroline Tournoux-Facon, médecin-coordinatrice du centre de dépistage organisé des cancers dans la Vienne
Caroline Tournoux-Facon, médecin-coordinatrice du centre de dépistage organisé des cancers dans la Vienne © Radio France - Manon Derdevet

Le dépistage est crucial pour lutter contre les cancers, ne repoussez pas vos rendez-vous. C'est l'appel lancé par Santé Publique France et relayé par tous les acteurs de santé à travers le pays, dont le centre régional de coordination des dépistage des cancers en Nouvelle Aquitaine. Au printemps dernier lors du premier confinement des annulations et des reports d'examens ont déjà tendu la situation. Si cela se reproduit lors de ce deuxième confinement, la situation deviendra très préoccupante estiment les spécialistes.

En France, on estime que 30.000 cancers n’ont pas été diagnostiqués à cause d’un ralentissement des dépistages.

Le nombre de mammographies en baisse de 25% dans la Vienne

"On a observé moins de mammographies de dépistages et moins de tests immunologiques réalisés dans le cadre du dépistage du cancer colorectal", explique la docteure Caroline Tournoux-Facon, médecin-coordinatrice au dépistage organisé des cancers dans la Vienne. Jusqu'au mois de septembre selon elle, on observe une baisse de 25% du nombre de mammographies dans la Vienne et une baisse de 15% du nombre de tests immunologiques. 

Les gens se sont moins déplacés auprès de leur médecins généralistes pour récupérer leurs tests immunologiques

Cette baisse s'explique selon elle, pendant le premier, confinement au fait que les radiologues ont eu pour consignes "de prioriser les actes (...) les mammographies de dépistages ont donc été suspendues pendant à peu près deux mois donc les femmes n'ont pas pu avoir accès aux centres de dépistages", détaille la médecin. 

"De la même façon, les gens se sont moins déplacés auprès de leur médecins généralistes pour récupérer leurs tests immunologiques", un test à faire chez soit après avoir récupéré le kit.

Pour ce deuxième confinement la situation est différente mais le risque d'un report des dépistages est toujours présent. "Il faut dire aux femmes qu'elles n'hésitent pas à maintenir leurs rendez-vous qu'elles n'aient pas peur d'aller dans les centres de radiologie réaliser cette mammographie (...) c'est un examen extrêmement important", alerte Caroline Tournoux-Facon. 

La prévention, le dépistage c'est une arme très efficace pour lutter contre le cancer - Caroline Tournoux-Facon

Elle craint que certaines femmes se "découragent" face aux délais de prises de rendez-vous avec les reports du premier confinement. "Il ne faut pas se dire "je ferai ça l'année prochaine, ce n'est pas grave" (...) La prévention, le dépistage c'est une arme très efficace pour lutter contre le cancer."

Pour toutes les personnes de 50 à 74 ans, tous les deux ans 

Détecter le cancer le plus tôt possible pour éviter au maximum les formes graves, c'est le mot d'ordre. "On évite pas le cancer en faisant ces actes de dépistages mais on le détecte le plus tôt possible, on le détecte à des stades précoces qui permettent des traitements moins lourds, plus efficaces et donc avec une meilleure survie. C'est donc vraiment important de faire ces examens à un rythme régulier donc on invite toutes les personnes de 50 à 74 ans à faire ces tests tous les deux ans", martèle Caroline Tournoux-Facon.

Selon elle le fait que le moral des Français soit au plus bas joue aussi sur les retards dans les dépistages. "Quand les gens sont préoccupés par des situations socio-économiques compliquées, la prévention passe souvent au deuxième plan", constate-t-elle mais elle le rappelle, se soigner tôt c'est aussi protéger son emploi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess