Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

#FakeMed : homépathie, acupuncture... une tribune contre les thérapies alternatives secoue la communauté médicale

mardi 20 mars 2018 à 17:52 Par Marina Cabiten, France Bleu

Des médecins ont rédigé une tribune, publiée lundi dans Le Figaro, contre les médecines alternatives telles que l'homéopathie ou l'acupuncture. Un texte qui, au-delà des protagonistes directement concernés, divise la communauté médicale comme le montre le hashtag #FakeMed sur les réseaux sociaux.

Homéopathie, acupuncture : des médecines alternatives inutiles et même dangereuses pour les signataires de la tribune contre les "fake médecines".
Homéopathie, acupuncture : des médecines alternatives inutiles et même dangereuses pour les signataires de la tribune contre les "fake médecines". © AFP - GARO / Phanie

L'homéopathie ? L'acupuncture ? Du "charlatanisme", selon les signataires d'une tribune contre les "fake médecines" publiée lundi dans Le Figaro. Parmi les quelques centaines de signataires, 124 médecins qui se sont groupés en un collectif pour dénoncer "des soins sans aucun fondement scientifique."

"Fausses thérapies à l'efficacité illusoire"

Ce texte dénonce "des pratiques tolérées par l'ordre des médecins et pourtant en désaccord avec son propre Code de déontologie." C'est notamment l'homéopathie qui est visée par cette charge lourde. "Des pratiques basées sur des croyances promettant une guérison miraculeuse et sans risques", des thérapies "dangereuses", pour plusieurs raisons énumérées dans la tribune. 

En conclusion, les signataires interpellent autorités médicales et gouvernement pour "ne plus autoriser à faire état de leur titre" les médecins homéopathes, "ne plus reconnaître" ces pratiques comme "des diplômes ou qualifications médicales", ou encore ne plus rembourser de tels traitements. 

Des propos "à la limite du diffamatoire"

"Ces confrères, qui ont fait les mêmes études que moi, méconnaissent vraisemblablement ce dont ils parlent", réagit Florence Paturel, secrétaire générale du Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF). Elle est médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur, à Vannes. "J'ai bientôt 55 ans, j'ai passé 12 ans en oncologie à l'hôpital de Vannes, et tout c'est toujours très bien passé avec mes confrères du service. Ensemble nous élaborions pour chaque patient la meilleure thérapie possible avec tous les outils possibles, et en cancérologie les effets secondaires étaient bien atténués grâce aux médecines alternatives. Je n'ai jamais détourné un seul patient des traitements nécessaires à sa guérison comme le dit cette tribune. Je ne comprends pas quelle est la volonté de ses signataires, nous sommes à la limite du diffamatoire."

Quant à la question du remboursement, elle est pour Florence Paturel anecdotique : 

Le remboursement de l'homéopathie représente quelque chose de l'ordre de 0,1% des dépenses de la Sécu, quand on rembourse 30% d'un tube qui coûte 2 euros, est-ce que c'est vraiment important ?"

La communauté médicale divisée sur internet

Un débat a été lancé sur les réseaux sociaux suite à la publication de cette tribune, sous le mot-clé #FakeMed. Les médecins qui l'utilisent sont souvent d'accord avec cette initiative, mais regrettent aussi parfois le manque de nuance dans les propos des signataires.