Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Fausse alerte au coronavirus : les passagers immobilisent un bus pendant deux heures à Portes-lès-Valence

-
Par , , France Bleu Drôme Ardèche

Malgré l'intervention d'un médecin, les passagers d'un bus qui faisait la liaison entre Lyon et Nice ont refusé de reprendre la route parce qu'un homme d'origine asiatique avait une forte toux.

Autoroute A7 dans la Drôme (photo illustration)
Autoroute A7 dans la Drôme (photo illustration) © Radio France - Adèle Bossard

La psychose prend le pas sur la raison face à la multiplication de cas de coronavirus en Europe et en France. Un psychodrame a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi dans un bus traversant la Drôme. Le Blablabus effectuait la liaison entre Lyon et Nice et vers 2 heures du matin, un passager d'origine asiatique s'est mis à avoir une forte toux après avoir avalé son sandwich de travers. Les autres passagers ont alors paniqué. Ils ont demandé au chauffeur de s'arrêter, ce qu'il a fait sur l'aire de Portes-lès-Valence sur l'A7. 

Le chauffeur a pris les choses au sérieux, il a appelé le 15. Le médecin de permanence a alors fait passer un interrogatoire par téléphone au passager qui toussait. Et comme cet homme n'est pas allé en Chine depuis 2015, comme il n'est pas non plus allé en Italie dernièrement, et comme il n'avait pas les symptômes du virus, le médecin a assuré qu'il n'y avait aucun risque.

Mais l'explication n'a pas convaincu les passagers : ils ont refusé de remonter à bord. Il a fallu l'intervention des gendarmes pour qu'ils acceptent de reprendre la route. Ce qu'ils ont finalement fait après deux heures d'immobilisation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu