Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le pourquoi du comment

Faut-il obliger les médecins à s’installer dans les déserts médicaux ?

-
Par , France Bleu Auxerre

C’est le sujet choisi cette semaine par les auditeurs de France Bleu Auxerre. Pour lutter contre la désertification médicale dans l'Yonne certains avancent des solutions radicales comme obliger les professionnels de santé à s'installer là où il existe une pénurie de médecins

© Maxppp -

L'Yonne comme beaucoup de départements ruraux n'attire pas suffisamment de jeunes médecins. Pourtant des efforts ont été fait pour tenter de les séduire : maisons des internes, aides financières, constructions de maisons de santé mais faut-il aller encore plus loin et contraindre les professionnels à venir s'installer dans des villages où il n'y a plus de médecins ? 

Pour Dominique Chappuis, la présidente des maires ruraux de l'Yonne ce n’est pas forcément une bonne idée. « Si on les contraint, ils ne resteront pas. Le but est de fidéliser les professionnels de santé, les médecins sur nos territoires ruraux et je ne pense qu’il existe d’autres solutions. Il n’y en a pas qu’une mais plusieurs. Il faut encourager les regroupements de professionnels car aujourd’hui, la médecine ne s’exerce plus seul comme il y a 50 ans. Les jeunes médecins revendiquent de vivre autrement, d’avoir du temps pour la famille. Des lieux tels que des maisons de santé sont une solution. La réforme du numerus clausus va aussi dans ce sens ». 

En revanche, Michel Courtois, le maire de Charny-Orée-de-Puisaye désespère de ne pas trouver de médecin. Il pense qu’il faut prendre des mesures plus radicales : « Il faudrait déconventionner les médecins qui s’installent en zone de surpopulation médicale comme cela nous ne les forcerions pas à venir chez nous mais ils se rendraient compte que c’est plus avantageux quand même pour eux. Car aujourd’hui, toujours selon Michel Courtois, il y a des territoires où il y a trop de médecins, où certains ne gagnent pas correctement leur vie alors que dans sa commune par exemple, les patients attendent désespérément qu’un médecin arrive et le praticien est assuré de vivre très confortablement.

Sauf que l’argent ne solutionne pas tout selon Christophe Thibault, médecin à Migennes et secrétaire général de la Fédération des Médecins de France. « Les déserts médicaux sont en train de s’étendre alors que les zones surcotés sont très peu nombreuses. Par ailleurs six mille nouveaux médecins sont diplômés chaque année et 8% seulement d’entre eux décident de s’installer en libéral. Tant que l’on voudra avoir un médecin dans chaque village ce sera difficile .Il est impossible aujourd’hui de demander à un médecin de venir s’installer à un endroit où il n’y a pas de projet de vie pour sa famille, ou il n’y a pas de travail pour son conjoint. C’est une réalité.

Selon les chiffres de la CPAM en 2018 : l'Yonne on compte 124 médecins en libéral pour 100 000 habitants. C'est bien en-dessous de la moyenne nationale (172) et même régionale (149). 

  - Visactu
© Visactu
  - Visactu
© Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu