Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

La cigarette électronique est-elle dangereuse pour la santé ? Méfiance et réponses à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

La vente de cigarettes électroniques aromatisées a été interdite dans l'état américain de New-York suite à de graves cas de pneumonies. Cela relance le débat sur la dangerosité du vapotage : on fait le point à Dijon avec des consommateurs, un vendeur et un pneumologue.

Les produits utilisés aux Etats-Unis dans les cigarettes électroniques seraient à l'origine de pneumonies
Les produits utilisés aux Etats-Unis dans les cigarettes électroniques seraient à l'origine de pneumonies © Maxppp - Julian PELAEZ

De l'autre côté de l'Atlantique l'épidémie de maladies pulmonaires liées au vapotage inquiète les autorités sanitaires américaines, qui recensent plus de 500 cas et sept décès. En réaction, l'état de New-York a décidé d'interdire les cigarettes électroniques aromatisées. L'inde a également interdit leur production et leur vente pour lutter contre les addictions. En France, une surveillance accrue vient d'être décidée. Santé Publique France et la Direction Générale de la Santé vont élaborer un dispositif de signalement des cas de pneumonies. Alors est-il dangereux de vapoter ? En tous cas, la méfiance gagne du terrain.  

Le meilleur moyen d'arrêter de fumer, vraiment ?

A Dijon, Laura, vaporeuse ne s'inquiète pas. Elle fabrique elle même ses liquides et sait ce qu'elle met dedans et surtout, pour elle "c'est moins dangereux de fumer la cigarette électronique que le tabac normal. Je suis passée d'un paquet à cinq cigarettes par jour, je me sens mieux, c'est dans l'optique d'arrêter de fumer complètement les deux. Donc si ça peut m'aider !" Philippe Camus, ancien chef du service de pneumologie et réanimation respiratoire du CHU de Dijon, aujourd'hui président du Comité de Lutte contre les Maladies Respiratoires en Côte-d'Or explique que c'est possible, mais qu'il ne faut pas se fier qu'aux expériences personnelles : "ce n'est pas le meilleur moyen pour arrêter de fumer, c'est prôné, mais il faut attendre les résultats d'études pour en être sûr, ce n'est pas encore démontré." 

Des produits bien plus contrôlés en Europe qu'aux Etats-Unis 

"Dans certains pays, c'est assurément dangereux comme on a pu le voir aux Etats-Unis," ajoute Philippe Camus. Mais alors d'où vient le danger ? Selon le professeur, l'un des facteurs de risque sont "les composés inertes comme la glycérine, des molécules qui ont été jugées comme innocentes, maintenant leur mélange à d'autres choses peut entraîner peut-être une toxicité." Si c'est plus sûr en France, c'est que "dans de nombreux pays, les parfums que l'on met à l'intérieur ne sont pas régulés avant d'être commercialisés, en France c'est plus contrôlé."

"La réglementation est beaucoup plus stricte en Europe, ce n'est pas comparable" - Matthias, vendeur

C'est pourquoi, Matthias, gérant d'un magasin de cigarettes électronique à Dijon ne se soucie pas de ce dispositif de surveillance en France : "la réglementation est beaucoup plus stricte en Europe, ce n'est pas comparable. Nous derrière tous les composants des liquides il va y avoir une réglementation CE* et les produits potentiellement cancérigènes qu'il peut y avoir dans la composition des liquides sont interdits chez nous, contrairement aux Etats-Unis. Le fait qu'ils fassent des analyses, c'est bien car ça rassurera le consommateur. Non, ça ne m'inquiète pas du tout."

Le THC, interdit en France, en ligne de mire

En apprenant la nouvelle, un dijonnais répond du tac au tac "ça m'inquiète un peu, je vais arrêter." D'autres sont plus modérés, comme Aurélien que ça n'"inquiète pas particulièrement car je me suis renseigné de mon côté, cela concerne des personnes qui consommaient des liquides un peu particuliers : à base de THC. Je reste vigilant à ce que j'achète en boutique, des produits français.

"Ca ne m'inquiète pas du tout" : notre reportage avec les vapoteurs dijonnais

Effectivement, aux Etats-Unis la plupart des gens qui sont tombés en malades vapotaient de l'huile de THC, la molécule active du cannabis interdite en France et en Europe. "C'est le produit qui est le plus en ligne de mire aujourd'hui, mais d'autres composés sont remis en question, explique le professeur Philippe Camus. Sur la grande série, seuls 7  % des gens n'avaient que le produit normal à la nicotine et n'avaient pas ajouté de THC. Donc le risque de la cigarette électronique peut être modulé par certains additions, mais il y a des cas avant cette série qui indiquent que la cigarette électronique peut-être dangereuse pour le poumon chez certains individus."

Les conseils du pneumologue : de quoi amoindrir le risque

Selon Philippe Camus, il faut être très prudent quand on fume la cigarette électronique, il y a des choses qui augmentent le risque : "des gens qui tirent énormément dessus, il est possible que cela soit un facteur de risque : la dose et la température du filament. La seconde chose c'est : de quoi c'est fait ? Les produits sont mieux régulés en France qu'ailleurs. Troisième chose : qu'est-ce-que l'on ajoute dedans et là il faut être très prudent, car les produits du composant que l'on ajoute, au contact du filament peuvent aussi entraîner des risques."

Vérifiez donc que ce que vous rajoutez à votre cigarette soit d'une marque et d'une adresse françaises. Malgré tout, les cigarettes électroniques contiennent de la nicotine, elles sont arrivées sur le marché il y a dix ans, on commence déjà à observer les risques à court terme avec cette épidémie aux Etats-Unis. Or, pour connaître les risques à long terme, il faut attendre vingt ans. 

* Le marquage CE a été créé dans le cadre de la législation d'harmonisation technique européenne.

  • Tabac
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu