Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Santé – Sciences

Fermeture de la maternité d'Apt : les arguments de l'ARS

jeudi 24 novembre 2016 à 11:22 Par Aurélie Lagain et Jérémy Marillier, France Bleu Vaucluse

L'agence régionale de santé avance ses arguments pour expliquer la fermeture de la maternité d'Apt à la fin de l'année.

Hôpital d'Apt
Hôpital d'Apt © Maxppp - Jérôme Rey

Apt, France

L'agence régionale de santé s'exprime maintenant publiquement sur le dossier : Selon elle, la maternité d'Apt doit fermer pour raisons de sécurité.

"Avec l'absence de gynécologue-obstétricien permanent, il n'est pas question (...) de faire courir le moindre risque." - Paul Castel, directeur de l'ARS

Il ne s'agit pas d'une raison d'ordre financier, affirme Paul Castel, le directeur de l'ARS, mais parce que la maternité n'a plus les moyens d'assurer une sécurité totale pour les femmes enceintes : "Il pouvait y avoir des conséquences graves, mais avec l'absence de gynécologue-obstétricien permanent, il n'est pas question de continuer ou de risquer avec la succession de différents spécialistes qui ne sont pas des médecins dans l'hôpital, de faire courir le moindre risque. Il n'y a aucun souci financier, c'est la qualité, la sécurité de la prise en charge des mamans qui vont accoucher."

La maternité doit fermer à la fin de l'année et laisser place au 1er janvier 2017 à un centre périnatal de proximité, ce qu'attend avec impatience Paul Castel : "Dès que possible, il faut évoluer vers un centre périnatal de proximité pour sécuriser la prise en charge des patients."

Les opposants toujours mobilisés

Les opposants à la fermeture organisent désormais une mobilisation tous les mercredis soirs et espèrent faire le buzz sur internet avec une photo choc.