Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Fermeture de lits à l'hôpital de Coutances : la faute au manque de médecins

-
Par , France Bleu Cotentin

Depuis mardi 15 octobre, le centre hospitalier de Coutances ne compte plus que 47 lits contre 55 dans son service de médecine. Dans un communiqué, la direction revient sur les raisons de cette décision qui n'est "pas dictée par des impératifs financiers".

Le service de médecine de l'hôpital de Coutances fonctionne avec 8 lits de moins depuis le 15 octobre.
Le service de médecine de l'hôpital de Coutances fonctionne avec 8 lits de moins depuis le 15 octobre. © Maxppp - Thierry Gachon

La disparition de lits dans un hôpital est le genre de nouvelle qui passe mal auprès de la population et des salariés de l'établissement. C'est pourtant ce qui arrive en ce moment au centre hospitalier de Coutances. Alors la direction a décidé de s'expliquer, dans un communiqué publié mercredi 16 octobre. 

Une décision concertée d'après la direction

La direction commence par rappeler que la décision de passer de 55 à 47 lits a été prise après consultations des différents représentants médicaux, paramédicaux, et des instances de l'hôpital. Elle découle directement de la difficulté constatée de recruter de nouveaux médecins, ce qui s'est traduit ces derniers mois par les fermetures régulières de plusieurs lits en fonction de la présence ou non de remplaçants. Pour la direction, la décision ne fait donc que tirer les conclusions de ce contexte compliqué. Une direction qui ajoute que la fermeture des 8 lits n'est donc pas dictée par des impératifs financiers.

Des investissements pour être plus attractif

En cas d'affluence importante au service de médecine de l'hôpital, la direction assure que l'organisation sera adaptable et que, ponctuellement, des lits supplémentaires seront ouverts, notamment en hiver. Cette situation n'entraînera pas de licenciements, continuent les responsables de l'établissement, qui évoquent aussi les travaux effectués dans le service de médecine cette année : 100 000 euros consacrés à la réfection des chambres et parties communes. Une paille par rapport aux 8,5 millions d'euros qui seront investis d'ici 2023 pour rénover l'actuel bâtiment de court séjour gériatrique. 

Une politique d'investissement dont la direction espère qu'elle sera de nature à convaincre de nouveaux candidats de venir compléter les équipes médicales de l'hôpital.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu