Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Fermeture du centre de soins de Valognes : "une énorme perte de chance pour les patients"

-
Par , France Bleu Cotentin

Le centre de soins non programmés de Valognes restera fermé cette semaine à cause d’une pénurie de médecins. Rémi Besselièvre, le président de l’association de défense du centre hospitalier du Cotentin dénonce cette situation.

le centre de soins non programmés de Valognes ne peut pas ouvrir faute de médecins
le centre de soins non programmés de Valognes ne peut pas ouvrir faute de médecins © Radio France - Bénédicte Dupont

Valognes, France

C’est un problème récurrent. Le centre de soins non programmés de Valognes enchaîne les fermetures temporaires depuis le début de l’année. Il n'y a pas eu de service pendant toutes les vacances de février, ni celles de Pâques.  Il restera fermé toute cette semaine encore, et à nouveau à partir de mercredi prochain, le 30 mai, avant de rouvrir le 4 juin. Il n’y a pas assez de médecins pour le faire fonctionner. 

Rémi Besselièvre, président de l’association de défense du centre hospitalier du Cotentin, était mercredi matin l’invité de France Bleu Cotentin

« Une énorme perte de chance pour les patients »

« Quand l’hôpital de Valognes était ouvert, les gens qui faisaient un AVC par exemple à Montebourg, étaient pris en charge dans les cinq minutes qui suivaient l’appel. Aujourd’hui, le temps de trajet pour le SMUR, c’est 30 à 45 minutes. Il y a une énorme perte de chance pour les patients à cause de l’éloignement des structures d’urgence »

Le département de la Manche est régulièrement confronté à un problème pour trouver des médecins. Rémi Besselièvre appelle les élus à se retrousser les manches, car, affirme-t-il, d’autres territoires ont déjà réussi le défi d’attirer du personnel médical. 

« En Saône-et-Loire par exemple, le président du conseil départemental a créé un centre de santé départemental et il a accueilli  34 nouveaux médecins »

Rémi Besselièvre répond au nouveau directeur du centre hospitalier du Cotentin

Le centre hospitalier du Cotentin, qui doit faire face à un déficit énorme, s’apprête à supprimer 200 postes. Son directeur Thierry Lugbull estime dans la Presse de la Manche qu’il est possible « de travailler mieux tout en étant moins nombreux ». Rémi Besselièvre réagit à ces propos avec un brin d’ironie : 

« C’est un homme tout à fait extraordinaire. S’il peut nous ouvrir les urgences avec les effectifs actuels, je dis bravo. Mais quand je vois qu’il y a  des états de malnutrition dans les hôpitaux parce qu’on n’a plus le temps de faire manger les patients qui ne peuvent pas manger seuls, je ne sais pas comment il pourra faire avec moins de monde »