Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Fin de la grève à la clinique de la Croix du Sud

-
Par , France Bleu Occitanie

Après 9 jours de grève le personnel de l'établissement toulousain a mis fin, mercredi, à sa mobilisation. Sans parvenir à obtenir gain de cause.

L'entrée des urgences de la clinique de la Croix du Sud, le 23 octobre 2019.
L'entrée des urgences de la clinique de la Croix du Sud, le 23 octobre 2019. © Radio France - Romain Dézèque

Quint-Fonsegrives, France

Le personnel hospitalier de la clinique de la Croix du Sud, basée à Quint-Fonsegrives près de Toulouse, a mis un terme à son mouvement de grève entamé il y a 9 jours. "Avec les rémunérations que l'on a on ne peut plus tenir" explique Cédric Colney, délégué CGT, "et on a le sentiment que la direction fait la sourde oreille".

Les revendications portaient sur de nombreux points, l'organisation du travail, le manque de matériel et la revalorisation des salaires. Des réponses ont été apportées sur les deux premiers points, avec des réunions prévues sur l'organisation des plannings ainsi qu'une enveloppe de 120 000 euros pour l'achat de matériel. Mais c'est sur la question des salaires que tout a bloqué. "Au bout de trois jours on nous a proposé des chèques-cadeaux de cent euros, les salariés se sont sentis insultés et ils ont donc refusé. Et puis on a reçu une seconde proposition au neuvième jour de grève, à savoir une prime transport de 16,66 euros par mois..." déplore Cédric Colney. "En grève on ne négocie pas pour des chèques-cadeaux, on n'est pas là pour faire l'aumône" abonde Christine Agar, déléguée Sud santé-sociaux. 

Contactée, la direction confirme avoir fait ces propositions. Elle dit comprendre le malaise des salariés qui "mériteraient" d'être mieux rémunérés, mais elle explique ce refus par la situation économique de l'établissement : 8 millions d'euros de déficit l'an dernier. Accepter les demandes salariales aurait engendré une dépense supplémentaire d' 1,5 million d'euros selon la direction. Mais les syndicats estiment que la maison-mère, Ramsay Santé, aurait pu mettre la main à la poche. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu