Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Franck Chauvin : "Il faut continuer à utiliser l'hydroxychloroquine dans les essais thérapeutiques"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Si l'OMS autorise à nouveau l'usage de l'hydroxychloroquine, l'Agence française de sécurité du médicament doit encore se prononcer. Le professeur stéphanois nous éclaire sur le débat.

Le professeur stéphanois Franck Chauvin, membre du conseil scientifique et président du Haut conseil de la santé publique.
Le professeur stéphanois Franck Chauvin, membre du conseil scientifique et président du Haut conseil de la santé publique. © Maxppp - Yves Salvat

A nouveau, l'hydroxychloroquine a le vent en poupe. En tout cas, deux des plus grandes revues scientifiques dont "The Lancet" viennent de retirer leurs articles qui avaient conduit à la suspension de l'usage du traitement en France. Leurs données n'ont pas été jugées fiables.

L'usage va donc reprendre pour la recherche, notamment dans l'essai européen Discovery auquel participe le CHU de Saint-Etienne. Une décision saluée par le professeur Franck Chauvin, membre du conseil scientifique et président du Haut conseil de la santé publique. "On dit qu'il faut continuer à l'utiliser dans les essai thérapeutiques pour évaluer son efficacité. L'OMS a repris les essais. On va voir ce que fait la France et l'ANSM, l'agence chargée de ces décisions. Peut-être que, si on ne voit pas de toxicité particulière on reprendra les essais."

"On a beaucoup d'arguments pour dire que, dans des phases avancées, l'efficacité de l'hydroxychloroquine est très faible." - Franck Chauvin

"C'est important de connaitre l'efficacité de ce produit. On a beaucoup d'arguments qui s'accumulent pour dire que, dans des phases avancées, l'efficacité de l'hydroxychloroquine est très faible. En tout cas, on n'arrive pas à la mettre en évidence pour l'instant."

Seul le "bras" concerné de l'essai européen Discovery a été arrêté, le reste de l'étude qui teste trois autres traitements contre le coronavirus s'est poursuivi. En revanche, l'essai Covadaxis du CHU de Saint-Etienne, axé uniquement sur l'hydroxychloroquine, a été stoppé.

Recovery a rendu son verdict, Discovery "patine"

Seulement voilà, l'essai anglais Recovery a rendu ses conclusions vendredi, et précise notamment que l'hydroxychloroquine serait "inutile" contre le virus. L'essai Discovery lui patine. Mais ce n'est pas non plus une surprise à ce stade, explique Franck Chauvin.

"On est en fin de pic épidémique. Si un essai patine c'est qu'on a moins de patients pour lesquels il y a une indication de traitement de ce type. Et en France en plus durant cette période il y a eu beaucoup d'essais ouverts ce qui dilue la capacité de recherche sur un essai. Ce que n'ont pas fait les Anglais. A terme, qu'est-ce qui va se passer? Les données vont être mises en commun probablement avec l'essai anglais, et je pense qu'on aura à ce moment là les résultats de l'efficacité de telle ou telle molécule", conclut le professeur stéphanois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu