Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Le G7 à Biarritz

G7 à Biarritz : des infirmières s'inquiètent de leurs conditions de travail pendant la tenue du sommet

-
Par , France Bleu Pays Basque

Comment assurer des soins à domicile au coeur de Biarritz pendant le G7 ? La zone rouge sera uniquement accessible à pied, ce qui va considérablement compliquer la tâche des infirmières libérales. Et à 3 mois et demi du sommet diplomatique, elles s'en inquiètent et déplorent le manque d'information.

Les infirmières libérales se demandent comment elles pourront visiter tous leurs patients au coeur de Biarritz alors que la circulation sera interdite en zone rouge.
Les infirmières libérales se demandent comment elles pourront visiter tous leurs patients au coeur de Biarritz alors que la circulation sera interdite en zone rouge. © Maxppp - Nicolas Kovarik

Biarritz, France

La zone rouge, l'ultra-sécurisée, sera interdite à tout véhicule, en circulation et en stationnement. Cette zone sera néanmoins accessible aux résidents et aux personnes qui y travaillent. Les infirmières libérales pourront donc toujours apporter les soins quotidiens à leurs patients, mais aller de domicile en domicile à pied, ce qui va considérablement leur compliquer la tâche ! Du coup, elles sont plusieurs à se réunir ces jours-ci pour tenter de s'organiser. 

Plusieurs cabinets envisagent de se regrouper le temps du G7

Solution envisagée : "une mutualisation des patients par quartier", explique Stéphanie Gravé, infirmière libérale à Biarritz. "Parce que la zone rouge est très étendue, et il y a des patients que l'on voit 3 à 4 fois par jour. Personnellement, j'en ai une en face de l'Hôtel du Palais, une autre au Jardin Public. Donc tout à pied, ça va devenir quand même compliqué ! Alors on essaye de voir entre nous, entre 6 ou 7 cabinets infirmiers, pour concentrer les patients par secteurs restreints (faisables à pied) et _que des infirmiers soient destinés à ces quartiers et non à une patientèle_. L'essentiel est là : s'organiser par nous-mêmes" admet l'infirmière un peu colère. Stéphanie Gravé et ses collègues regrettent le manque d'information, voire de prise en main, à ce jour de la part des autorités concernant leur activité vitale pour de nombreux patients. 

Stationnement galère en zone bleue

Autre préoccupation pour ce personnel de santé : la circulation dans la zone bleue. Là, les véhicules y ont accès. "Mais par voie de conséquence, ceux qui seront exclus de la zone rouge viendront s'y ajouter en stationnement, craint Stéphanie Gravé. Pour nous, ce sera forcément très compliqué de se garer pour chaque visite". Pour parer au problème, elle envisage d'investir avec une collègue dans une trottinette électrique !