Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Des fauteuils de dentistes limités à 130 kilos, ça pose question" (Gabrielle Deydier)

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Originaire d'Uzès, Gabrielle Deydier a fait son 7h50 ce vendredi sur France Bleu Gard Lozère. Cette essayiste s'élève contre la grossophobie avec une fraîcheur incroyable.

Gabrielle Deydier, originaire d'Uzès, et auteur de "On ne naît pas grosse". A retrouver dans un documentaire sur le site d'Arte "On achève bien les gros"
Gabrielle Deydier, originaire d'Uzès, et auteur de "On ne naît pas grosse". A retrouver dans un documentaire sur le site d'Arte "On achève bien les gros" - Gabrielle Deydier

France Bleu Gard Lozère a sollicité l'avis de la journaliste et essayiste Gabrielle Deydier ce vendredi. La romancière, originaire d'Uzès, est auteur de l'essai "On ne naît pas grosse", paru en 2017 aux éditions Goutte d'Or. Elle a "fait son 7h50" ce vendredi matin. Du haut de son 1m54 et ses 125 kilos, cette pétillante quadragénaire originaire d'Uzès (Gard) s'attaque à la grossophobie avec sincérité, franc-parler et aussi beaucoup d'humour. Vous pouvez retrouver ici l'intégralité de cet entretien sur FB Gard Lozère.

Nous avons la veille choisi de diffuser un reportage sur une Nîmoise secourue dans la semaine par les sapeurs-pompiers du Gard. Pesant plus de 200 kilos et ayant des soucis de santé, il a fallu l'intervention des pompiers pour l'aider à sortir de son appartement, situé au 4e étage, en cassant un mur de la chambre, et en démontant le balcon. Une échelle équipée d'une nacelle bariatrique a également été utilisée, c'est-à-dire une nacelle spécialement conçue pour les personnes de forte corpulence. 

"Je suis assez mitigée, reconnaît Gabrielle Deydier, parce que c'est important de parler de ces personnes grosses, sur le plan médical, sur le plan des ambulances. Si c'est un fait divers, c'est parce que le matériel n'est pas adapté. C'est important d'en parler si c'est pour soulever des problèmes de santé publique, et de comment on réceptionne ces personnes qui sont grosses, et qui sont de plus en plus nombreuses. Qu'on le veuille ou non, il y a des gens qui ne maigriront pas."

Nous l'avons traité en vrai sujet de société, de santé publique. L'obésité concerne 17% des adultes en France, ce qui représente plus huit millions de personnes. Mais de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux ont remis en cause ce choix éditorial. Voilà pourquoi nous avons sollicité l'avis de Gabrielle.

Ce type de situation, Gabrielle a elle-même vécu l'équivalent. Ou plutôt, elle a souvent été confrontée à un manque d'adaptation des matériels de santé en France. "Ne serait-ce que quand je pesais 160 kilos il y a quatre ans, un médecin simplement pour prendre ma tension.. tous les médecins n'ont pas de rallonge pour prendre la tension. C'est pas sensé être un truc extraordinaire de prendre la tension d'une personne qui fait 150 kilos. Je me suis retrouvée aussi avec des fauteuils de dentistes qui sont limités à 130 kilos, ça pose question (...) on est très en retard sur ces questions. Que ce soit dans les hôpitaux, mais aussi pour les loisirs : les cinémas, les bus, les transports publics ".

"Je me suis-même auto-censurée dans les soins. À Noël dernier, j'ai eu un abcès à l'aine. J'avais peur d'appeler les pompiers, parce que j'avais peur qu'on ne puisse pas m'évacuer de chez moi alors que je pesais 130 kilos." 

Le surpoids, Gabrielle y est confrontée depuis l'adolescence. Et même si ça peut paraître paradoxal, c'est en faisant un premier régime que tout s'est déréglé. Elle l'explique parfaitement dans ses documentaires. 

Mais c'est aussi en franchissant le pas, un jour, d'aller sur une plage naturiste pour un déclic qu'elle a retrouvé le plaisir de se baigner par exemple (NDLR : plage naturiste de Maguelone, Hérault) "Je n'ai fait du naturisme qu'une seule fois, c'est quand j'étais très complexée. Je ne voulais plus me mettre en maillot. J'ai accompli une sorte d'acte magique, qui était d'aller dans un camp de naturistes. Et ça m'a décomplexée, une seule journée dans ce camp m'a permis le lendemain de m'acheter un maillot et de me baigner tous les étés depuis".

Gabrielle est coréalisatrice d'un documentaire "On achève bien les gros", diffusé mi-juin sur Arte et toujours disponible en replay. Le lien est à télécharger ici.  Quant à son essai "On ne naît pas grosse", il sort en édition poche le 20 août.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess