Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Gardasil : un père landais tente d’obtenir justice au tribunal de Dax

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu

Puisque les tribunaux de Paris ne font rien contre le Gardasil, accusé de provoquer des effets secondaires graves, la famille d'Océane, à Saint-Vincent-de-Paul tente d'obtenir justice auprès du tribunal de Dax. Son père y déposera cette semaine une demande d’assignation contre le laboratoire Sanofi.

Océane, ses parents et leur avocat.
Océane, ses parents et leur avocat. © Maxppp - Taris Philippe

Dax, France

Un père landais ne baisse pas les armes contre le Gardasil, le vaccin contre le papillomavirus, virus qui peut être en partie  responsable du cancer du col de l'utérus. France Bleu Gascogne vous a déjà présenté Jean-Jacques Bourguignon, le père d'Océane, une jeune femme originaire de Saint-Vincent-de-Paul et victime de ce vaccin controversé contre le cancer du col de l'utérus. 

C'était en 2011, après la première piqûre du protocole de vaccination, elle avait eu deux attaques très violentes, était restée en partie paralysée. Six ans plus tard, après plusieurs plaintes pénales à Paris notamment, Jean-Jacques tente toujours d'obtenir justice. Cette semaine, il va déposer une demande d'assignation contre le laboratoire Sanofi au tribunal de Dax. Un juge pourrait alors convoquer les responsables de l’entreprise et ouvrir une procédure civile.

"Faire sortir la vérité"

"A Paris notre dossier est en standby, explique Jean-Jacques Bourguignon.On a l’impression que personne ne veut ouvrir cette boîte de Pandore d’où notre décision de partir au civil et de déposer cette procédure au tribunal de Dax. Le but c’est d’avertir les gens parce que la vérité sortira. On n’est pas des anti-vaccins, on a voulu protéger notre fille, on l’a fait vacciner et on s’est retrouvé avec des effets graves. Il y a des centaines de jeunes filles avec ces mêmes effets graves dans tous les départements donc il faut avertir les familles. Ensuite les gens font ce qu’ils veulent."

Il ira "jusqu’au bout"

Aujourd’hui heureusement Océane va mieux. "Elle a toujours des fatigues chroniques mais elle va bien. Pendant 1 an, on a failli la perdre, elle était aveugle, sourde, en fauteuil roulant après plusieurs attaques cérébrales donc on ne veut pas que d’autres familles vivent ça. Je fais des colloques à l’Assemblée Nationale, j’averti les élus, moi je me battrai jusqu’au bout pour que la vérité sorte. On ne peut pas laisser des gamines en bonne santé se faire détruire par des vaccins inutiles et dangereux."

Choix de la station

France Bleu