Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Girolata : Quinze réservistes pour la sécurité civile

mercredi 4 juillet 2018 à 18:38 Par Olivier Castel et Jérôme Susini, France Bleu RCFM

Cette réserve est la première créée en Corse-du-Sud, sur la commune d'Osani. Ses membres ont reçu leurs diplômes et matériel, et sont prêts à intervenir sur le village de Girolata.

Quinze hommes et femmes seront vigilants à la sécurité des personnes, et pourront intervenir avant l'arrivée des engins de secours.
Quinze hommes et femmes seront vigilants à la sécurité des personnes, et pourront intervenir avant l'arrivée des engins de secours. © Radio France - SDIS 2A

Osani, France

Que ce soit pour porter les premiers secours, ou signaler des départs de feu, cette réserve mise en place par la commune sera d'une aide précieuse. Dès cet été, ces 15 volontaires seront mobilisés suivant le besoin.

"Il y a des gens qui ont envie d'être utiles à la collectivité, des gens qui ont envie de se mettre au service de l'intérêt public, du bien général, mais parfois les sapeurs pompiers ne sont pas partout!" Colonel Bruno Maestracci, du SDIS de Corse-du-Sud.

Colonel Bruno Maestracci, responsable du SDIS 2A

Les services d'incendies et de secours espèrent aider les maires qui le souhaitent à développer les réserves communales de sécurité civile. Ces réservistes d'Osani ont suivi une formation, et détiennent de l'équipement pour effectuer leurs missions. 

S'adapter à la configuration du terrain

Ghjirulatu, village marin d'Osani, est dépourvu de centre de secours et surtout de routes. Impossible même de rejoindre la partie marine de la commune depuis le centre d'Osani autrement que par le maquis. La présence à demeure de la réserve de la sécurité civile et de ses moyens devrait permettre d'être plus réactif, et ainsi d'éviter noyades, et autres accidents.

"A Girolata, on a pas de route, et donc les moyens d'intervention des sapeurs-pompiers ne peuvent pas être amenés. Il peut y avoir un feu de bateau, de maison, ou de maquis, et puis il y a des plongeurs, des randonneurs et des plaisanciers...Il faut pouvoir porter secours à ceux qui sont en difficulté". François Alfonsi, maire d'Osani.

Si cette réserve communale est la première du genre en Corse-du-Sud, d'autres existent déjà en Haute-Corse notamment dans certaines communes de Balagne.