Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gironde : avec la Covid-19, la prévention pour lutter contre les AVC est compliquée

-
Par , France Bleu Gironde

Avec la crise sanitaire de la Covid-19, les actions de prévention, en Gironde comme partout en France, concernant les accidents vasculaire cérébraux sont plus compliquées à réaliser. L'épidémie a également accentué l'isolement des personnes victimes. Entretien avec le président d'AVC Tous Concernés.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - Philippe Vacher/PHOTOPQR/LE PROGRES

Chaque année, en Gironde, 4 300 personnes sont victimes d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) et une personne sur huit décède dans le mois qui suit. La prévention contre les AVC est importante car elle permet d'anticiper mais elle a été rendue difficile à cause de la crise sanitaire de la Covid-19. Entretien avec Philippe Meynard, ancien maire de Barsac et désormais président de l'associaiton AVC tous concernés : 

France Bleu Gironde : En quoi la prévention peut permettre d'éviter un AVC ?  

Philippe Meynard : On pourrait en éviter des centaines si on pouvait faire de la prévention car on sait que dans 80% des cas, les médecins trouvent de l'hypertension artérielle, qui est le premier des facteurs des AVC. Après, il y a d'autres facteurs comme la malbouffe, la sédentarité et c'est autour de ces facteurs que nous faisons de la prévention.

FBG : Vous organisiez des cafés AVC, qui ont été annulés à cause de la crise sanitaire mais vous ouvrez une ligne d'écoute téléphonique. La prévention par téléphone, c'est largement différent non ?

PM : Ça ne va pas être uniquement de la prévention car on s'est rendu compte que sur les 4 300 AVC par an en Gironde, il y a autant de personnes ou familles qui se retrouvent dans une situation compliquée : être livré à soi et avoir à supporter l'après-AVC qui est arrivé comme un 35 tonnes en pleine figure. Il faut que les gens se rendent compte des séquelles d'un AVC, que ce soit le handicap physique ou psychologique, des problèmes cognitifs, émotionnels, sociaux ou financiers.

FBG : La Covid-19 a-t-il accentué l'isolement pour les personnes victimes d'AVC ?

PM : Oui car ces personnes - ou même leurs proches - ont besoin de parler et demander des renseignements et d'être accompagnées. Quand on se rend compte des conséquences de la Covid, ça accentue les problèmes dépressifs qui sont déjà très aigus. Donc nous sommes présents pour elles via une permanence téléphonique ouverte le mardi et le samedi de 14h à 17h et disponible au 07.67.05.77.65

Choix de la station

À venir dansDanssecondess