Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Glyphosate : 63 plaintes déposées au tribunal de grande instance de Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Après avoir réalisé au printemps dernier des tests pour mesurer le taux de glyphosate dans leurs urines, qui se sont révélés positifs, 63 personnes (dont 10 enfants) ont déposé plainte au TGI de Perpignan ce vendredi.

Les plaignants se sont réunis devant le Tribunal de Grande Instance de Perpignan.
Les plaignants se sont réunis devant le Tribunal de Grande Instance de Perpignan. © Radio France - Xavier Ponroy

Perpignan, France

"Je suis le major de ma promotion". Pancarte en main, Franck sourit jaune. En juin dernier, il a réalisé un test pour mesurer la présence de glyphosate dans ses urines. Résultat : 2,82 nanogrammes de glyphosate par millilitre. Le plus élevé de ceux ayant fait ce test à cette période, sachant que le taux maximal admis dans l'eau potable est de 0,1 ng/ml.

Comme lui, ils étaient 63 ce vendredi à déposer plainte au tribunal de Perpignan contre les pouvoirs publics pour mise en danger de la vie d'autrui, tromperie aggravée et atteinte à l'environnement. En juin, 45 autres "pisseurs volontaires" avaient déjà effectué la même démarche, après avoir réalisé des échantillons en février 2019.

"Je suis inquiète pour la santé de mes enfants"

"Je suis jardinier, donc on pourrait penser que ce sont les produits phytosanitaires que j'utilise, poursuit Franck. Sauf que ça fait 10 ans que je ne m'en sers plus !" Venu avec sa femme, dont le taux est bien inférieur (0,38 ng/ml), il s'interroge sur ces écarts de niveaux : "Nous mangeons tous les deux la même chose, et environ 60% de notre alimentation est bio. J'ai demandé à mon médecin traitant et il n'a pas su me répondre. Peut-être que cela vient de l'air qu'on respire ?"

Réunis symboliquement devant le tribunal, les plaignants posent avec des pancartes affichant leur "score". L'action est réalisée par l'association Campagne Glyphosate 66, structure locale d'un mouvement national. 

Parmi les 63 testés, 10 enfants tous positifs

"Je suis inquiète pour la santé de mes enfants" confie Jeanne-Marie, qui a fait le test avec son mari et ses trois enfants. Test là aussi positif. C'est le plus jeune qui présente le taux le plus élevé. "On mange bio depuis des années et nous avons un osmoseur (appareil permettant de filtrer l'eau pour la rendre la plus pure possible, NDLR). La seule différence entre nous, parents et nos enfants, c'est qu'eux mangent à la cantine le midi. Alors quels sont les leviers ? On retire nos enfants de la cantine ?" se questionne cette maman, qui milite pour que les écoles servent de la nourriture issue de l'agriculture biologique aux élèves. 

Plusieurs des plaignants réclament une interdiction pure et simple du glyphosate. D'autres aimeraient connaître les effets concrets de cette molécule, que l'Organisation mondiale de la santé a classé comme "cancérogène probable". 

Les plaintes déposées à Perpignan seront transmises au pôle santé du parquet de Paris, où une instruction judiciaire a été ouverte. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu