Santé – Sciences

Grâce à sa petite annonce, Vigeois, en Corrèze, vient de trouver son nouveau médecin

Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin lundi 30 janvier 2017 à 16:56

C'est cette étiquette qui a été largement diffusée, fin 2016, pour trouver un médecin à Vigeois
C'est cette étiquette qui a été largement diffusée, fin 2016, pour trouver un médecin à Vigeois - Frédéric Patte

Une initiative citoyenne vient de porter ses fruits en Corrèze. Elle vient de permettre à la commune de Vigeois, pas très loin d'Uzerche, de trouver un nouveau médecin alors que l'actuel va prendre sa retraite.

La commune de Vigeois, en Corrèze, vient de trouver son nouveau médecin généraliste. La bourgade de 1.300 habitants s'inquiétait du prochain départ en retraite du médecin actuel fin mars, et vient de trouver son successeur grâce une petite étiquette distribuée dans les commerces de la commune. Une petite étiquette diffusée depuis septembre dernier qui était à coller derrière les lettres postales pour faire passer le mot.

"Avec peu de moyens, on peut faire bouger les choses"

- Frédéric Patte et sa femme ont eu l'idée de la petite étiquette

Le désert médical ne s'installera donc pas grâce à la mobilisation collective et notamment de l'association Vigeois Mon Bourg. "Quand on a su, on n'y a pas cru au début", avoue Frédéric Patte à la manoeuvre avec sa femme pour cette étiquette sur laquelle était écrit "Vigeois, joli village de Corrèze cherche un médecin généraliste". C'est cette petite phrase avec l'image de l'abbatiale de la commune en fond sur l'étiquette qui a fait mouche. "Vous êtes sûr que c'est vrai ? Parce qu'on n'est pas le seul bourg de France à chercher un médecin", plaisante aujourd'hui le citoyen vigeoyeux, "ça veut dire qu'avec peu de moyens on peut faire bouger les choses."

"C'est vital"

- Jean-Paul Comby, le maire de Vigeois

"C'est vital" pour la commune embraye le maire Jean-Paul Comby, "heureusement qu'on a fait un petit choix à risque de lancer la maison médicale", veut croire l'édile, "si on ne l'avait pas eue, je pense que le docteur ne serait pas venu." Car si le docteur Yves Cissou, pour l'instant basé à Juillac à une trentaine de kilomètres de là, débutera son activité en avril, il rejoindra ensuite, comme le kiné et les infirmières déjà sur place, la structure qui est en train de sortir de terre. Un bel argument pour héberger les professionnels de santé.