Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Greenpeace réclame deux repas végétariens par semaine dans les cantines du Mans

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

L'association Greenpeace lance une campagne au Mans pour réclamer deux repas sans viande ni poisson chaque semaine, dans les cantines du Mans. Compliqué répond la mairie, qui vise pour l'heure l'objectif d'un par semaine en fin d'année, comme prévu dans la loi alimentation.

Greenpeace demande que deux repas végétariens soient proposés chaque semaine dans les cantines au Mans (photo d'illustration)
Greenpeace demande que deux repas végétariens soient proposés chaque semaine dans les cantines au Mans (photo d'illustration) © Radio France - Suzanne Shojaei

Un repas végétarien par semaine dans les cantines scolaires : c'est l'objectif fixé par la loi alimentation pour novembre prochain. Au Mans, ce n'est pas encore atteint que déjà, Greenpeace veut pousser la mairie à en proposer deux par semaine.

Réduire les quantités de viande

"On demande un vrai engagement de la mairie, explique Audrey Colin de Greenpeace. D'autres grandes villes comme Lille, Grenoble ou Montpellier ont déjà mis en place deux alternatives sans viande ni poisson chaque semaine dans les cantines". Selon les relevés effectués par l'association sur les derniers menus proposés aux petits manceaux, un repas végétarien est proposé environ trois semaines sur quatre. Un peu mieux que la politique de la ville qui "prévoit en théorie un repas sans viande ni poisson tous les quinze jours", précise Claude Jean, l'adjoint à la vie scolaire.

Deux repas végétariens par semaine, c'est faisable pour la ville du Mans ! 

Au-delà d'un enjeu de santé, Greenpeace estime qu'il s'agit d'une question sociale : "les enfants issus des classes les moins aisées sont ceux qui mangent le plus de viande et de mauvaise qualité selon plusieurs études, explique Audrey Colin. Ils sont aussi ceux qui mangent le moins de fruits et légumes en terme de quantité et variété"

Les parents d'écoliers manceaux semblent en majorité favorables à la généralisation de repas végétariens : "s'il y a des légumineuse, ça compense les apports de la viande ou du poisson, estime Clémentine. C'est bien pour la santé". "Ce serait très bénéfique car certains mangent de la viande aussi le soir, ça fait beaucoup trop", ajoute Delphine. 

Quels coûts à la mise en place ?

Du côté de la mairie, Claude Jean indique qu'il n'est pas question pour l'heure d'augmenter la fréquence des repas végétariens. "Ça peut évoluer, mais c'est une discussion collective qui doit se faire au niveau des élus, explique l'adjoint à la vie scolaire. _Le coût des repas végétarien est légèrement plus cher que ceux avec viande_".

"Dès lors qu'on enlève la viande ou le poisson qui sont coûteux, ça dégage en général un budget, affirme pourtant Audrey Colin. Ça permet de _réinvestir dans des produits de qualité, en bio ou en local_. C'est bon pour l'économie locale, la santé de nos enfants et l'environnement"

"Même pour la viande, on privilégie des produits locaux labellisés, insiste l'adjoint à la vie scolaire, par exemple dans le cadre de notre convention avec les poulets de Loué". Aujourd'hui, 20% des produits servis dans les cantines scolaires du Mans, préparés à la cuisine centrale, sont déjà issus de l'agriculture et de l'élevage biologique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu