Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grenoble : le chirurgien pose une prothèse... à la mauvaise hanche

-
Par France Bleu Isère

Admis à la clinique Belledonne de Saint-Martin d'Hères, près de Grenoble, en Isère, pour recevoir une prothèse à la hanche gauche en septembre dernier, un patient s'est réveillé cinq heures plus tard avec une prothèse... côté droit.

Opération prothèse de hanche
Opération prothèse de hanche © Maxppp - MaxPPP

En septembre 2014, ce patient est admis à la clinique Belledone de Grenobe, en Isère, pour un problème à la hanche gauche. Le chirurgien doit lui poser une prothèse. Le jour de l'opération, tout est prêt. Le personnel médical prépare le patient , le badigeonne de bétadine, le rase de près côté gauche.

L'opération se passe bien , un peu plus d'une heure est nécessaire pour poser la prothèse. Cinq heures plus tard, le patient se réveille. Au moment où il ouvre les yeux, il s'aperçoit, sidéré, que le pansement se trouve.... côté droit.

Une erreur d'attention

La mauvaise hanche a été opérée, le chirurgien s'est tout simplement trompé !

Difficile d'expliquer cette erreur : le chirurgien ne peut pas invoquer la fatigue, l'opération a eu lieu en début d'après-midi. C'est une intervention banale , comme les médecins de la clinique Belledone en pratiquent chaque année près de 700. 

Mal installé sur le brancard

Passés la stupeur et l'inquiétude, place aux explications . Dès la semaine suivant l'opération, la clinique a rassemblé le personnel en contact avec le patient ce jour là. Vingt-trois personnes se sont retrouvées autour d'une table pour refaire le cheminement du patient, de sa chambre jusqu'au bloc opératoire.Il semble que le patient ait été installé sur le brancard sur le mauvais flanc . Celui-ci n'a pas tiqué sur le coup, faisant confiance au corps médical. Sauf qu'il n'a jamais été retourné du bon côté.

Depuis le protocole a été modifié, notamment, lorsque cela est possible, le patient indique avec un feutre, sur son propre corps, le côté ou le membre à opérer. On n'est jamais trop prudent...

Quand au patient estropié, il a subi une seconde intervention dans la foulée. Cette fois, la bonne hanche a été opérée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess