Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grenoble : nouvelle manifestation des professionnels de santé pour l’hôpital public

-
Par , France Bleu Isère

Nouvelle manifestation cet après-midi à Grenoble pour demander de l'argent pour l'hôpital public. Pour les professionnels de santé, les 6 milliards proposés par le gouvernement ne sont pas suffisants. Le cortège est parti du CHU pour se disperser au jardin de Ville après des discours syndicaux.

630 manifestants selon la police, un millier selon les organisateurs pour demander "du fric pour l’hôpital public"
630 manifestants selon la police, un millier selon les organisateurs pour demander "du fric pour l’hôpital public" © Radio France - Véronique Pueyo

Ils étaient un millier selon les organisateurs, 630 selon la police à manifester une nouvelle fois cet après midi du CHU de Grenoble jusqu'au Jardin de Ville, bloquant la circulation des trams et des voitures avec des slogans comme : " De l'argent pour l'hôpital public" ou encore "Grèver, c'est rêver grave." sur la chanson de Téléphone : "Je rêvais d'un autre monde". 

"Nous sommes moins nombreux que la dernière fois" regrette une infirmière. "Mais c'est maintenant qu'il faut rester mobilisés. Le Covid-19 n'a rien changé. Une fois les malades partis, on retrouve nos problèmes inchangés, manque de personnel, salaires trop bas, fatigue..."

Les brancardiers aussi sont en colère
Les brancardiers aussi sont en colère © Radio France - Véronique Pueyo

Pas de médaille, de l'argent pour la Santé

Amélie, une aide-soignante, venue de l’hôpital de Die, dans la Drôme se veut combative : "On ne veut pas de médailles. On veut des moyens et des salaires dignes." explique -t-elle en brandissant des photos. Sur l'une d'elles, on voit une paire des fesses sur lesquelles on peut lire : "l’hôpital n'est pas à vendre.". Sur une autre, on voit une femme, masquée, se faire étrangler par une médaille.  Le message est clair : "Macron, tes médailles, on n'en veut pas. On veut de l'argent !"

Des photos réalistes pour se faire entendre
Des photos réalistes pour se faire entendre © Radio France - Véronique Pueyo

Josiane, infirmière aux Urgences depuis près de 40 ans et à deux ans de la retraite, marche, elle aussi, sous le soleil : "Je me bats pour mes jeunes collègues. Je pars bientôt. J'aime toujours mon métier. Mais cela devient impossible de l'exercer correctement. On court tout le temps, on n'a plus de temps pour les malades..."

Ségur, c'est peanuts !

Porte-voix en main, Kevin, cadre de santé CGT, rappelle que cela fait plus d'un an que les professionnels de santé sont dans la rue : "Dix ans, aussi qu'on alerte sur la dégradation de l'hôpital public. L’intersyndicale a calculé qu'il nous faudrait plus de 60 milliards pour le relancer. Ce que propose le Ségur de Véran, c'est "peanuts" !" Et il poursuit : " Le Ministre veut aussi donner de l'argent aux cliniques privées, mais elles font du profit. Elles n'ont qu'à augmenter les salaires en diminuant les dividendes des actionnaires."

Kevin, cadre de santé CGT, a pris la parole, sur le parvis du CHU, avant le départ de la manifestation.
Kevin, cadre de santé CGT, a pris la parole, sur le parvis du CHU, avant le départ de la manifestation. © Radio France - Véronique Pueyo

Pour cette jeune infirmière, dont la blouse est couverte de slogans, il faut des actes : "On nous a applaudi pendant la crise du Covid-19 et aujourd'hui, on supprime à nouveau des lits. On continue de nous parler productivité, rentabilité...On n'est pas des héros comme dit le Président, on est juste des professionnels qui voulons faire notre travail correctement pour le bien de tous !"

Des pancartes et des slogans
Des pancartes et des slogans © Radio France - Véronique Pueyo
Choix de la station

À venir dansDanssecondess