Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Grève des laboratoires : les cabinets infirmiers tournent au ralenti à Laval

-
Par , France Bleu Mayenne

C'est l'une des conséquences de la grève des laboratoires de biologie : la baisse de l'activité des cabinets infirmiers. C'est le cas à Laval, en Mayenne, où certains soignants doivent repousser les rendez-vous de patients dont les prélèvements ne sont pas urgents.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Patrick Lefevre

Laval, France

Dans ce cabinet d'infirmières libérales, rue du Vieux-Saint-Louis à Laval, les quelques patients qui franchissent les portes de l'établissement dépassent rarement le bureau de la réception, où la majorité des rendez-vous sont repoussés. La raison ? Le mouvement de grève des biologistes et la fermeture totale des laboratoires pendant trois jours, à compter du mardi 22 octobre. 

Solidarité avec les laborantins

"En accord avec les laboratoires, nous assurons les bilans urgents ou qui étaient programmés depuis un certain temps et qui doivent être faits, détaille Isabelle, une infirmière. Et sinon par rapport aux appels que nous pouvons avoir, nous décalons les prise de sang à vendredi." Ainsi, en ce qui concernent les prélèvements urgents : ils sont immédiatement envoyés dans les laboratoires, et les analyses se font dans la foulée. "Tout à l'heure je suis allée déposer un bilan sanguin en laboratoire, et j'ai l'impression que le mouvement est un peu suivi par les infirmiers et infirmières de Laval parce qu'il y avait beaucoup moins de bilan qu'habituellement," a observé Amandine, une autre soignante du cabinet rue du Vieux-Saint-Louis. 

Une baisse de l'activité qui, en tout cas, ne dérange ni Amandine, ni Isabelle. Toutes les deux disent soutenir ce mouvement. "C'est tout le système de santé qui est impacté. On a l'impression que pour se faire entendre il faut vraiment en arriver là."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu