Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Grève des médecins : près des trois-quarts des cabinets pourraient être fermés dans le Doubs et en Haute-Saône

jeudi 12 novembre 2015 à 20:22 Par Edouard Marguier, France Bleu Besançon

Il sera difficile de trouver un médecin libéral ce vendredi. Les généralistes, spécialistes et chirurgiens se remettent en grève pour faire pression contre le projet de loi Santé. La grève devrait être très suivie dans le Doubs et en Haute-Saône.

Le cabinet d'un médecin gréviste à Saône près de Besançon.
Le cabinet d'un médecin gréviste à Saône près de Besançon. © Radio France - Edouard Marguier

Besançon, France

Selon les syndicats de médecins libéraux en Franche-Comté, 70% des cabinets n'ouvriront pas ce vendredi. Ce chiffre impressionnants est à nuancer car il s'agit d'une prévision. Certains secteurs seront très touchés. Dans celui de Saône, près de Besançon, douze des quinze médecins de la zone n'iront pas travailler.

Réquisition

Le préfet du Doubs prend ce mouvement très au sérieux. A Besançon, il a dévidé de réquisitionner trois généralistes de SOS Médecins pour assurer des consultations pendant la journée. Ce sera aussi le cas du centre d'appel d'SOS Médecin pour renforcer le 15. Un numéro qu'il faudra absolument composer si on ne peut pas faire autrement que d'aller voir son généraliste.

Généralisation du tiers-payant 

Les médecins sont contre la loi de la ministre Marisol Touraine en général mais c'est surtout une des mesures de ce projet qui les rend furieux : la généralisation du tiers-payant.

Une loi pourtant populaire auprès des Français puisque la majorité d'entre eux est pour. Logique puisque le patient ne paiera plus après une consultation. Ce sera au médecin lui-même de faire les démarches pour récupérer ses 23 euros, à lui de solliciter la sécurité sociale et les mutuelles pour être rémunéré.

Paperasse

Les médecins y voient du temps supplémentaire pour gérer la paperasse et du temps en moins à prendre soin des malades. Pour la quatrième fois en Franche-Comté depuis le début du conflit, il laisseront donc la blouse blanche au placard.