Santé – Sciences

Grève à l'hôpital : le député Nicolas Sansu interpelle la Ministre à l'Assemblée

Par Jonathan Landais, France Bleu Berry mercredi 9 novembre 2016 à 3:47

NICOLAS SANSU CAPTURE D’ÉCRAN YOU TUBE
NICOLAS SANSU CAPTURE D’ÉCRAN YOU TUBE - You Tube

VIDÉO | Nicolas Sansu, député-maire Front de Gauche de Vierzon, a interpellé la Ministre de la santé à l'Assemblée Nationale mardi après-midi sur le mal-être des personnels soignants à l'hôpital public.

Passe d'armes à l'Assemblée entre Nicolas Sansu et Marisol Touraine. Alors que les infirmiers et les aides-soignants manifestaient dans la rue mardi après-midi à l'appel d'un mouvement unitaire, inédit depuis 1988, pour dénoncer la dégradation des conditions de travail à l'hôpital public, le député-maire Front de Gauche de Vierzon a interpellé la Ministre de la santé Marisol Touraine lors de la séance de questions au gouvernement.

Une République des comptables injuste et inefficace

Le député Front de Gauche dénonce "l'austérité budgétaire avec le plan triennal de restriction de 3 milliards d'euros pour les hôpitaux et de 10 milliards d'euros pour la santé, extrêmement négative pour l'égalité d'accès aux soins sur le territoire national".

20 postes supprimés à l'hôpital de Vierzon

"La fermeture de milliers de lits d'hospitalisation et la suppression de 22 000 emplois dans les hôpitaux (...) auront confirmé les orientations de la loi Hôpital Patient Santé et Territoires votée sous la droite et que nous avions combattue ensemble en 2009", ajoute Nicolas Sansu à l'attention de la Ministre.

"Une politique qui s'est traduite au centre hospitalier de Vierzon par la suppression de 20 postes et de fait l'épuisement des personnels, par la fermeture de 11 lits en chirurgie et pédiatrie et peut-être 10 de plus en médecine".

La réponse de la Ministre

"Je ne peux pas vous laisser dire que nous avons réduit les budgets et les postes à l'hôpital public, répéter un chiffre faux n'en fait pas une vérité" lui a répondu Marisol Touraine.

"Nous avons créé 31 000 postes à l'hôpital public depuis 2012, investi 10 milliards d'euros (...) Vous pouvez dire que ce n'est pas assez, qu'il fallait en créer davantage, cela je peux l'entendre, mais dire que nous avons supprimé des postes, c'est faux".

La Ministre de la santé dit "entendre les préoccupations", rappelle que "des réformes importantes sont engagées pour la médecine ambulatoire", et annonce qu'un "plan national pour améliorer la qualité de vie au travail à l'hôpital" sera détaillé fin novembre.