Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Grippe : la Corse en pré-épidémie

mercredi 16 janvier 2019 à 19:32 Par Hélène Battini et Christophe Giudicelli, France Bleu RCFM

La campagne de vaccination a débuté le 6 octobre dernier et dure jusqu’au 31 janvier, seulement depuis décembre déjà les pharmacies rencontrent des problèmes d’approvisionnement.

La campagne de vaccination a débuté le 6 octobre dernier et dure jusqu’au 31 janvier.
La campagne de vaccination a débuté le 6 octobre dernier et dure jusqu’au 31 janvier. © Maxppp - maxppp

Corse, France

Actuellement nous sommes pratiquement en période de pénurie et il y a plusieurs raisons à ce phénomène. D’abord, la dotation allouée à la France dépend pratiquement exclusivement des précommandes des officines de l’année précédente. Les pharmaciens essaient d’anticiper et de prévoir un pourcentage d’augmentation annuel, on constate 4 à 5 % de personnes supplémentaires qui se font vacciner. Autre raison de ces ruptures de stocks, Agnès Buzyn la ministre des Solidarités et de la Santé a eu un discours assez ferme et essayé de promouvoir la vaccination en générale. Cela a pu déclencher un mécanisme de dynamique et un regain d’intérêt des patients pour se faire vacciner. Un regain que l’on constate en Corse en particulier avec une évolution de + 10 %.

Qui doit se faire vacciner ? 

Les personnes qui ont plus de 65 ans reçoivent un bon, une invitation, et en même temps la sécurité sociale a facilité l’accessibilité aux remboursements de vaccins pour les femmes enceintes, le médecin peut éditer un bon de remboursement directement depuis son cabinet, et il peut le faire aussi pour les personnes souffrant d’obésité, qui ont une IMC assez importante et celles qui côtoient un nourrisson.

Niveau d'alerte régional  - Aucun(e)
Niveau d'alerte régional - SpFrance- 2019

Comment gérer la pénurie ? 

Suite à la pénurie, environ 50 000 vaccins supplémentaires ont été débloqués par le ministère des Solidarités et de la Santé sur le territoire français. Il y a 22 000 pharmacies en France, cela fait environ 2 vaccins par officine. Ce sont les grossistes répartiteurs qui les détiennent et les fournissent en fonction des officines et des territoires et c’est aux pharmaciens de les délivrer aux personnes susceptibles d’être cible. Ce sont des vaccins qui normalement ne sont pas destinés à la France, dont les notices sont en espagnol et en anglais même s’ils proviennent du laboratoire SANOFI et ont toute la légitimité pour être injectés aux patients, ce sont les même que les nôtres. Les pharmaciens qui délivreront ce type de vaccin seront amenés à éditer une notice en français. Certaines pharmacies en Corse détiennent encore des vaccins, les médecins sont prévenus et les patients personnes cibles peuvent téléphoner aux pharmacies pour savoir s’il en reste et accéder à la vaccination.

Nous sommes en fin de campagne, il ne faudrait pas attendre que l’épidémie se déclare pour se faire vaccinermais le faire en début de campagne en octobre / novembre. L’intérêt de la vaccination est de se protéger sois même, son entourage et les autres, l’année dernière la grippe a fait 13 000 morts en France.