Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Grippe : le succès de la vaccination dans les pharmacies charentaises

lundi 19 novembre 2018 à 6:01 Par Valentine Joubin, France Bleu La Rochelle

Pour la deuxième année consécutive, les deux Charentes expérimentent la vaccination contre la grippe en pharmacie. Près de 70% des officines jouent désormais le jeu et la demande est très forte.

Dans cette pharmacie de La Rochelle, la vaccination a lieu dans un "local de confidentialité".
Dans cette pharmacie de La Rochelle, la vaccination a lieu dans un "local de confidentialité". © Radio France - Valentine Joubin

La Rochelle, France

Pour la deuxième année, la région Nouvelle Aquitaine expérimente la vaccination en pharmacie. Seuls les plus de 65 ans, les femmes enceintes et les personnes à risque qui ont reçu un "bon pour vaccin " peuvent en bénéficier. Depuis le début de la campagne, début octobre, plus de 100.000 personnes se sont fait vacciner dans une officine de Nouvelle Aquitaine alors qu'elles n'étaient qu'environ 50.000 sur l'ensemble de la campagne de 2017. Dans les deux Charente, les pharmaciens sont aussi plus nombreux à participer au dispositif (environ 70%) que l'année dernière (entre 55 et 60%).

"On a pas besoin de prendre rendez-vous chez le médecin, c'est pratique"

L'année dernière Jean-Pierre, 77 ans, était passé à côté de la vaccination en pharmacie : "Je n'avais rien entendu aux infos". Mais cette année, une fois son "bon pour vaccin" reçu, le retraité rochelais s'est rendu dans l'officine près de chez lui, "C'est plus pratique que d'aller chez le médecin. On a pas besoin de prendre rendez-vous et puis comme de toute façon j'achète le vaccin ici, c'est logique". 

Perrine Duteil, la pharmacienne, prend le temps de discuter avec chaque personne qui vient se faire vacciner. - Radio France
Perrine Duteil, la pharmacienne, prend le temps de discuter avec chaque personne qui vient se faire vacciner. © Radio France - Valentine Joubin

Un local de confidentialité

Dans cette pharmacie de La Rochelle, la piqûre a lieu dans un "local de confidentialité" comme l'appelle Perrine Duteil, la pharmacienne, "pour que les gens se sentent à l'aise". Jean-Pierre s'assoit sur une chaise, retire son pull et tend son bras pour se faire piquer. "C'est fini, ça y est? Je n'ai rien senti!" Le temps de remplir un formulaire, de surveiller que le septuagénaire ne fait par d'allergie, la vaccination ne dure que quelques minutes. 

"Les médecins ont autre chose à faire"

Depuis la mi-octobre, Perrine réalise une moyenne de cinq vaccinations par jour, une centaine en un mois. "On ne s'attendait pas à voir autant de monde mais ça va redescendre. C'est la pleine période". Pour cette nouvelle tâche, la pharmacienne, qui  était volontaire, a dû suivre une formation, "Notre métier est de pratiquer des soins. On ne fait pas que vendre des boites de médicaments!" Mais elle n'a pas le sentiment de remplacer un médecin : "Je pense qu'ils ont autre chose à faire, on les décharge. Les infirmières, effectivement, je n'ai pas envie de leur prendre leur travail. C'est pour cela qu'on n'incite pas les gens à le faire chez nous"