Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Grippe : toutes les pharmacies de France vont pouvoir vacciner. En Gironde, c'est déjà le cas depuis deux ans

-
Par , France Bleu Gironde

La campagne de vaccination contre la grippe est lancée dès demain. Les pharmaciens ont désormais le droit de vacciner les patients. En Nouvelle-Aquitaine, une première expérimentation a eu lieu pendant deux ans.

Toutes les pharmacies de France vont pouvoir vacciner contre la grippe.
Toutes les pharmacies de France vont pouvoir vacciner contre la grippe. © Maxppp - Norbert Falco

Gironde, France

Ce mardi 15 octobre, la campagne de vaccination contre la grippe démarre et tous les pharmaciens de France formés auront le droit de vacciner les patients. Avant, seuls les médecins en avaient le droit. 

Il y a deux ans, deux régions ont commencé à tester le dispositif : la Nouvelle-Aquitaine et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Retour sur une expérimentation réussie avec François Martial, le président de l'ordre des pharmaciens de la Gironde : 

France Bleu Gironde : Est-ce que l’expérimentation de la vaccination  par les pharmaciens en Gironde a permis de faire vacciner plus de monde ?

François Martial : L’expérimentation qui s’est déroulée depuis deux ans en Nouvelle-Aquitaine et en particulier en Gironde, a permis d’apporter des chiffres « largement positifs » sur le nombre et le taux de vaccination. Quand je dis largement positifs, je dois quand même relativiser. Nous avons avant tout arrêté la chute du nombre de gens se faisant vacciner et à qui la vaccination était offerte. Ceux-là on les connait. On sait que le taux diminuait chaque année. On était en dessous des 50% et même jusqu’à 47%. On a arrêté cette chute en 2017-18 et dans la campagne 2018/19, nous avons légèrement ré-augmenté ce taux pour revenir aux alentours de 50%. Alors que les autres régions dans lesquelles les pharmaciens ne vaccinaient pas, ont vu l’érosion continuer.

Des chiffres plutôt bons donc…

C’est vraiment une bonne nouvelle. Dès la première année, nous avons fait 20 000 vaccinations en Gironde et nous avons triplé ce chiffre. Il est évident que l’apport des pharmaciens pour vacciner, en plus et non pas à la place de, a permis grosso modo de vacciner plus de patients. En Nouvelle-Aquitaine, nous sommes passés d’un peu moins de 60 000 à 180 000 vaccins. 

Combien de pharmaciens ont le droit de vacciner et comment ont-ils été formés ?

Il est important de dire que les pharmaciens ne se sont pas proclamés vaccinateurs. Ils ont été formés parce qu’il fallait respecter un cahier des charges. Nous avions dans le texte de mai 2017 une méfiance prise par le service ministériel. C’est-à-dire que seuls les adultes de plus de 18 ans et ciblés par les recommandations pouvaient être vaccinés. Il fallait être vigilant parce qu’il fallait une formation préalable et des locaux adaptés. Il était hors de question de vacciner au comptoir. Les pharmaciens s’inscrivaient sur des listes au niveau de l’ARS et ceci nous a permis de tracer les vaccinations. Tout pharmacien devait inscrire les coordonnées de sa vaccination et le lot du vaccin pour tracer l’acte vaccinal auprès du médecin.

A quoi sert cette traçabilité ?

Comme tout acte médical, elle permet de retrouver en cas de problème tous les gens vaccinés par un lot particulier. Dans votre carnet, il doit y avoir la trace de l’acte mais également celle du vaccin.

Pourquoi est-il important de se faire vacciner ?

Le vaccin est important pour réellement nous protéger et protéger les gens autour de nous. Se protéger quand on est fragile, personne âgée, déficient respiratoire, malade chronique. Des personnes qui pourraient voir leur état aggravé par une grippe. Ce n’est pas un petit rhume, c’est quelque chose qui fragilise et qui cause la mort chaque année. Mais quand autour de nous, nous avons des personnes fragiles, des femmes enceintes, il faut se faire vacciner pour protéger ces personnes-là. Donc c’est un acte citoyen.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu