Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Handicap : "les déçus" d’Emmanuel Macron appelés à manifester ce mardi à Paris

-
Par , France Bleu

APF France Handicap appelle à une manifestation nationale ce mardi à Paris. Deux ans après l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, qui avait promis de faire du handicap "un thème prioritaire de son quinquennat", les annonces ne se sont pas concrétisées par des mesures selon l'association.

L'association APF France Handicap appelle à une mobilisation nationale ce 14 mai à Paris
L'association APF France Handicap appelle à une mobilisation nationale ce 14 mai à Paris © Maxppp - Bruno Levesque

Ils se disent "déçus et en colère". Les militants d'APF France Handicap appellent à une mobilisation nationale ce 14 mai à Paris, deux ans exactement après l'entrée en fonction d'Emmanuel Macron à l'Élysée. Malgré l'ambition affichée du candidat de faire du handicap "un thème prioritaire de son quinquennat", le constat est "extrêmement mitigé" et les résultats ne sont pas au rendez-vous selon Alain Rochon, président de l'APF.

L’association qui sillonne la France depuis une semaine avec une "caravane pour les droits" passée par Rennes, Strasbourg, Grenoble, Montpellier ou encore Le Mans et Clermont-Ferrand invite à manifester entre la place d'Italie et République, via l'Assemblée nationale avant de remettre une lettre ouverte au chef de l'État ce mardi.

83% d'insatisfaits 

Si certaines mesures "vont dans le bon sens", comme la revalorisation de l'allocation adulte handicapé (AAH) - actuellement fixée à 860 euros pour une personne seule - une majorité de personnes handicapées a toujours le sentiment que ses droits fondamentaux sont "bafoués", voire "en régression" d'après Alain Rochon, président de l'APF.

Selon une enquête Ifop réalisée pour l'APF auprès de 2.534 personnes handicapées et 933 proches, seules 6% considèrent que la situation des personnes handicapées s'est améliorée depuis le précédent quinquennat et 11% se disent satisfaites de l'action du chef de l'État. À l'inverse, 83% estiment que ses engagements de campagne n'ont pas été tenus, et 89% ne lui font pas confiance pour que les difficultés des personnes handicapées soient mieux prises en compte dans la société.

Inscrire le handicap dans la Constitution

L'APF réclame notamment que la notion de handicap soit inscrite dans la Constitution, de manière à assurer l'égalité des citoyens devant la loi "sans distinction de sexe, d'origine, de handicap ou de religion". L’association veut aussi mettre fin à l'"injustice" qui consiste à prendre en compte les revenus du conjoint dans les critères d'attribution de l'allocation adulte handicapé (AAH). Ils souhaitent également que tous les logements neufs construits en France soient accessibles aux personnes handicapées - et non pas 20% d'entre eux, comme le prévoit la loi "Elan" adoptée en octobre dernier.  

L’association espère que cette mobilisation pèsera "sur les annonces qui seront faites par le président de la République avant ou juste après l'été, à l'issue de la conférence nationale du handicap", a précisé son président à l'AFP.