Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Happy chic : deux salariés ont entamé une grève de la faim depuis une semaine

vendredi 5 octobre 2018 à 6:02 Par Diane Sprimont, France Bleu Nord et France Bleu

Laurent Petit et Yamina Azzi, délégués syndicaux CGT de Happy Chic, suivent une grève de la faim depuis une semaine au siège de Roubaix. Ils réclament l'abandon du plan social de leur entreprise qui supprimerait 466 postes.

Des Roubaisiens et des salariés de Happy Chic sont venus soutenir la démarche de Laurent Petit et Yamina Azzi
Des Roubaisiens et des salariés de Happy Chic sont venus soutenir la démarche de Laurent Petit et Yamina Azzi © Radio France

Depuis maintenant une semaine, Laurent Petit, 46 ans, et Yamina Azzi, 48 ans, délégués syndicaux CGT de Happy Chic, ont entamé une grève de la faimau siège de l'entreprise à Roubaix. Les deux salariés demandent le retrait du plan social annoncé au mois de juillet dernier. 466 postes seront supprimés. Les enseignes de Jules et Brice sont principalement concernés. 

Deux autres délégués syndicaux avaient commencé une grève de la faim. Ils ont abandonné pour des raisons familiales et médicales. Après une semaine, Yamina Azzi reste déterminée mais fatiguée, "je dors deux heures par nuit sur le canapé dans le petit box que la direction nous a laissé. Je suis allée chez SOS médecin, j'ai déjà perdu quatre kilos. Mais c'est pas grave, je vais tenir. Je bois de l'eau et des boissons sucrées."

Les grévistes sont prêts à occuper le siège social de Happy Chic tant que leur santé leur permettra. - Radio France
Les grévistes sont prêts à occuper le siège social de Happy Chic tant que leur santé leur permettra. © Radio France

D'après Laurent Petit, la solution est évidente mais la direction ne veut pas l'entendre. "_Il faut rattacher directement Happy Chic à l'Association familliale Mulliez (AFM)_. Cela permettrait d'éviter cette vague de suppression de postes. Les personnes concernées pourraient être intégrés au sein de l'AFM". Les syndicats seront reçus lundi prochain par la direction dans le cadre de la négociation actuel du plan social.