Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Homéopathie : la fin des formations ? Réactions dans l'Indre

-
Par , France Bleu Berry

En plein débat sur le déremboursement des médicaments homéopathiques, le Collège national des généralistes enseignants demande la fin de l'enseignement de la discipline. Une demande qui irrite plusieurs professionnels de santé dans l'Indre.

Derrière la question du déremboursement des médicaments, celle de la formation à l'homéopathie entre dans les débats
Derrière la question du déremboursement des médicaments, celle de la formation à l'homéopathie entre dans les débats © Radio France - Manon Klein

Département Indre, France

Après le débat autour du remboursement des médicaments, c'est désormais l'enseignement de l'homéopathie qui est remis en question. Le Collège national des généralistes enseignants, une société scientifique de médecine générale, demande la fin des formations; "Ce type de pratique nuit principalement à la médecine générale en détournant de jeunes médecins des bonnes pratiques et en véhiculant une image archaïque de la discipline" argumentent-t'ils dans une lettre ouverte. Dans l'Indre, plusieurs professionnels de santé s'insurgent contre cette demande.

Pas de lien entre déremboursement et formation

Cette demande de mettre fin à l'enseignement de l'homéopathie fait suite au récent avis de la Haute autorité de santé, qui s'est prononcée pour la fin du remboursement des médicaments homéopathiques. La ministre de la Santé Agnés Buzyn a promis une décision dans les jours à venir. Emmanuel Macron serait, lui, favorable à ce déremboursement, selon le Journal du Dimanche. En attendant, c'est la formation des homéopathes qui se retrouve au centre du débat.

Jocelyne Wittevrongel pharmacienne à Saint-Gaultier, dans l'Indre, et présidente de l'union nationale des professionnels de santé, prend acte de l'avis de la Haute autorité de santé sur la question du déremboursement. Mais pour elle, il n'y a pas de lien à établir avec la formation des médecins et professionnels de santé : "La ministre peut très bien prendre la décision de dérembourser, mais si vous prenez par exemple les médicaments anti-alzheimer, eux aussi on été déremboursés, est-ce que pour autant ça ne sont pas des médicaments ? Est-ce que pour autant on doit arrêter d'enseigner ses molécules ? Pas du tout."

L'homéopathie c'est une vraie demande (...) on doit se former pour y répondre" - Jocelyne Wittevrongel

Que la fin de la formation en homéopathie soit demandée, certains le vivent aussi comme une forme d'attaque. "C'est violent, parce que je me considère comme un médecin (...) Il y a une démarche clinique; on écoute un patient, on l'examine de la même manière, il y a une réflexion derrière" argumente Muriel Batard, médecin homéopathe à Châteauroux. "Je pense que c'est dommage de se passer d'une alternative, ou du moins d'un accompagnement à la médecine allopathique" déplore l'homéopathe.