Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Hommage en image à Nancy aux soignants de la Covid-19

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le maire de Nancy, Mathieu Klein, a rendu hommage aux soignants d’une clinique privée en dévoilant le portrait d’une aide-soignante mobilisée en mars pour faire face à la première vague de Covid-19. Des personnels mieux préparés mais qui gardent des séquelles de la première vague.

Un hommage aux soignants qui gardent des séquelles de la première vague de Covid-19.
Un hommage aux soignants qui gardent des séquelles de la première vague de Covid-19. © Radio France - Thierry colin

Le regard fixe d’une aide-soignante masquée revisité par un artiste contemporain trône à l’entrée de la clinique en banlieue de Nancy. Un hommage artistique à tous les salariés qui se sont donnés sans compter en mars pour faire face à la première vague de la Covid-19. 

Le maire de Nancy, Mathieu Klein, a rendu hommage aux soignants, des personnels soignants mieux préparés mais qui gardent des séquelles de la première vague de mars selon les professionnels de santé.

Les soignants sont fatigués et n'ont pas forcément récupéré 

«Changer de service pour soigner les patients dans un service Covid-19, c’était difficile mais on a été portés par le collectif» assure Auriane Charrier, aide-soignante, dont le regard a été immortalisé. Avec ses collègues, Pauline et Laura, elle se tient en alerte, prête à changer de service, à renoncer à des vacances ou à voir un jour de congé changé au dernier moment : «ça va être compliqué, mais on sera là, il le faut».   

Un hommage, ce mercredi 28 octobre, quelques heures avant la prise de parole d’Emmanuel Macron à la télévision et la radio qui doit détailler les mesures de reconfinement pour lutter contre la deuxième vague de la pandémie de coronavirus en France.

Public et privé main dans la main

Un hommage en présence de l’ARS (Agence régionale de santé) et le docteur Eliane Piquet, déléguée territoriale de l'ARS pour la Meurthe-et-Moselle a souligné l’implication de tous : «Public et privé, c'est main dans la main : les protocoles et les données d'activité sont partagées». 

Une professionnelle de santé attentive aux ressources humaines : «cette deuxième vague va être difficile puisque les soignants sont fatigués et n'ont pas forcément récupéré même s'ils ont eu des congés mais durant l’été, les effectifs sont moindres. Donc, il y a effectivement une fatigue à la fois physique et psychique, qui va nécessiter des soutiens psychologiques très importants».

Déjà les premiers patients Covid-19

Une réponse à une situation d'urgence du public et du privé qui a été performant au printemps et qui continue aujourd’hui explique Franck Vanlangendonck, directeur de la polyclinique de Gentilly : «La Lorraine, sur la première vague, a été vraiment citée en exemple en termes d'organisation et de collaboration entre le public et le privé. Fort de cette expérience, on se prépare à l'arrivée de ces nouveaux patients, sachant que ça a commencé ce week-end. 

Maintenant, on sait à quoi s'attendre, on a une meilleure visibilité de la maladie. C'est une façon de remercier les soignants mais aussi les services techniques, de leur rendre hommage.»

Mathieu Klein, maire de Nancy et Auriane, aide-soignante de la Polyclinique de Gentilly à Nancy.
Mathieu Klein, maire de Nancy et Auriane, aide-soignante de la Polyclinique de Gentilly à Nancy. © Radio France - Thierry colin

Un portrait d’après un cliché du journaliste de l’Est Républicain, Alexandre Marchi, lors d’un reportage au début du confinement en mars 2020. Une photographie qui a servi de support à l’artiste Cédric Bouteiller.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess