Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hôpital d'Alençon-Mamers : accélération de la vaccination et saturation des services Covid-19

Le directeur de l'hôpital intercommunal Alençon-Mamers, Jérôme Le Brière, était l'invité de France Bleu Normandie ce jeudi 7 janvier 2021. Il a fait le point sur la situation de ses services qui accueillent des patients atteints du coronavirus et de la campagne de vaccination anti-Covid.

L’entrée du centre hospitalier d’Alençon
L’entrée du centre hospitalier d’Alençon © Radio France - Jean-Baptiste Marie

L'Orne est le département normand le plus touché par l’épidémie de Covid-19. Dans son dernier bilan (chiffres arrêtés au 4 janvier), l'agence régionale de santé recense 188 cas positifs au coronavirus pour 100.000 habitants dans l'Orne, quand la moyenne régionale est de 117. 157 malades du Covid sont hospitalisés dans les services de soins ornais dont 7 en réanimations.

Le centre hospitalier intercommunal d'Alençon-Mamers (CHICAM) est au cœur de la stratégie départementale pour lutter contre l'épidémie notamment sur la question de la campagne de vaccination. Les premières injections "ont eu lieu mardi soir, précise Jérôme Le Brière le directeur de l'hôpital alençonnais. Le lancement officiel du centre de vaccination a eu lieu mercredi après-midi avec à peu près une cinquantaine de personnes vaccinées."

Ouverture du centre de vaccination le week-end

Et le processus va s’accélérer dès ce jeudi 7 janvier a expliqué, sur France Bleu Normandie, Jérôme Le Brière. "On va aussi essayer d'ouvrir les week-ends." Pour l'instant, seuls les professionnels de santé hospitaliers ou libéraux, aides à domicile, de plus de 50 ans ou ayant des comorbidités sont concernés. Les personnes ciblées ont d'ailleurs été informées. "Ils ont reçu les modalités de prise de rendez-vous à travers leurs réseaux professionnels. Deux à trois autres lieux de vaccination supplémentaires, ailleurs dans le département, vont ouvrir dans les prochains jours." En revanche, il n'est toujours pas question de vacciner le grand public.

Les premières doses ont aussi été injectées au sein des services et maisons de retraites qui dépendent du centre hospitalier alençonnais. "L'ensemble des Ehpad et des résidents du CHICAM seront vaccinés sous une semaine" précise le directeur de l'hôpital qui est l'établissement pilote de la campagne de vaccination pour l'Orne. "Nous sommes dépositaire du stock à vocation départementale. On a reçu 5.000 doses mardi, autant mercredi. Et nous serons réapprovisionnés à échéances régulières."

Services Covid et de réanimations saturés

"Le plateau de la deuxième vague a été pénible pour tout le monde, témoigne Jérôme Le Brière. On a connu un mois de décembre difficile, des fêtes de fin d'années difficiles, avec des équipes fatiguées ne voyant pas la fin du tunnel. A l'heure où l'on se parle, nos clusters en Ehpad sont maîtrisés mais nos deux services Covid d'Alençon et de Mamers sont pleins. La réanimation aussi est pleine avec des malades du coronavirus mais aussi des patients qui nécessitent une réanimation."

Quand sera-t-il dans les prochaines semaines alors que la situation sanitaire continue de se dégrader en France ? Le directeur du CHICAM se veut prudent. "On ne peut pas dire que l'on soit confort pour entamer ce mois de janvier. On ne sait pas encore ce que donnera le rebond post-fêtes dans les quinze jours qui viennent. On peut quand même noter que certains endroits du département sont moins impactés que l'hôpital d'Alençon. Il y a également un gros travail, une grosse collaboration entre les centres hospitaliers pour faciliter les parcours patients. Donc on est armé collectivement pour y faire face. Mais on ne peut pas dire que l'on est tellement de marge devant nous."

"La vie classique de l'hôpital doit reprendre"

D'autant plus que le fonctionnement habituel de l'établissement ornais reste perturbé. "La vie classique de l'hôpital doit reprendre, plaide Jérome Le Brière. La chirurgie doit reprendre. Les urgences et la cancérologie n'ont pas arrêté mais malgré tout il y a un certain retard, avec des opérations qui ont été reportées."

Interview Jérôme Le Brière, directeur de l'hôpital d'Alençon-Mamers

Choix de la station

À venir dansDanssecondess