Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Crise aux urgences de Mulhouse : opération déminage de la direction

-
Par , , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les urgences de l'hôpital Emile-Muller à Mulhouse font leur rentrée en sous-effectif. Le service tourne avec douze urgentistes au lieu de 34. Mais l'ARS et la direction du groupe hospitalier veulent rassurer la population : les pathologies les plus graves seront prises en charge dans les temps.

Le service des urgences de Mulhouse.
Le service des urgences de Mulhouse. © Maxppp - Vincent VOEGTLIN

Mulhouse, France

Opération déminage ce lundi 2 septembre à l'hôpital Emile Muller de Mulhouse. L'Agence régionale de santé (ARS) et la direction du groupe hospitalier de la région de Mulhouse et Sud-Alsace ont présenté la situation du service des urgences, en crise depuis quelques mois

Une équipe réduite aux deux tiers 

Vingt-deux médecins manquent à l'appel, le service est actuellement réduit à douze médecins au lieu de 34. Une seule équipe fait tourner le SMUR, le Service mobile d'urgence et de réanimation, au lieu de trois. "C'est une organisation dégradée mais les patients continuent d'être pris en charge tels qu'ils devraient être pris en charge", assure Philippe Guiot, chef du pôle médecine intensive qui assure l’intérim du service des urgences. 

Face à cette pénurie de médecins, tout est bon pour parer au plus pressé. L'hôpital fait appel notamment à des généralistes pour prendre en charge "la bobologie" et demande à la population de privilégier la médecine libérale pour les pathologies les moins graves. "Notre objectif c'est vraiment que pour les patients qui relèvent de la médecine générale ils puissent être pris en charge soit en ville, ou bien aux urgences par des généralistes", explique Virginie Cayré la directrice de l’ARS. "Bien sûr les malades qui présentent des pathologies aiguës, ou autres, seront de toutes façons comme toujours prioritaires," ajoute Philippe Guiot. 

Un chef du service des urgences activement recherché

Afin d'amorcer la reconstruction du service, la direction de l’hôpital recherche activement un chef de service dynamique et motivé. Un profil que Mulhouse a du mal à attirer actuellement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu