Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : le confinement sera prolongé au-delà du 15 avril, Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir

Hôpital de Valence : la CGT écrit au ministre après la mort d'une patiente dans un couloir des urgences

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu
Valence, France

Le 12 février dernier, une patiente de 94 ans est morte sur un brancard, dans un couloir des urgences de l'hôpital de Valence (Drôme), "faute de prise en charge rapide et de moyens de surveillance adaptés" écrit la CGT au ministre de la Santé. Pour la direction, "le défaut de soins n'est pas avéré."

L'hôpital de Valence dans la Drôme.Centre hospitalier.
L'hôpital de Valence dans la Drôme.Centre hospitalier. © Radio France - Florence Gotschaux

"La chanson « y’a de la colère dans le cathéter » prend tout son sens lorsque l’on lit ce signalement !" écrit la CGT au ministre de la Santé Olivier Véran.

Le 12 février dernier, une patiente est morte, sur un brancard, dans un couloir des urgences, et le syndicat explique que le manque de moyens est en cause. "Si on avait eu du personnel à hauteur de la situation, peut-être que cette patiente serait en vie. Il y a de plus en plus de décès dans les urgences de France, faute de personnels, faute de moyens. La responsabilité incombe au gouvernement mais aussi au chef d'établissement" argumente Karim Chkeri, secrétaire du syndicat CGT de l'hôpital de Valence.

Patrick Méchain, le directeur adjoint de l'hôpital de Valence, souligne de son côté que "cette patiente avait 94 ans. Elle a été vue régulièrement par une infirmière qui a pris ses constantes. Des constantes pas alarmantes 30 minutes avant le décès. Une analyse approfondie de cet événement sera faite mais le défaut de soins n'est pas avéré."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu