Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Hôpital en grève : à Épinal, les personnels soignants auraient pu quitter leur poste la nuit dernière

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Dans la nuit du 31 août au 1er septembre, le personnel soignant de l'hôpital d’Épinal s'est retrouvé sans assignation de la part de la direction. Le préavis de grève ayant été posé dans le courant du mois d'août, ils se sont donc déclarés en grève et auraient pu légalement abandonner leur poste.

Les services de l'hôpital d'Epinal sont en grève depuis plusieurs mois.
Les services de l'hôpital d'Epinal sont en grève depuis plusieurs mois. - Elisabeth Da Silva

Épinal, France

Les assignations n'ont pas été refaites pour le mois de septembre par la direction et la DRH de l'hôpital. Ces assignations permettent de réquisitionner le personnel soignant de l'hôpital pour travailler y compris les jours de grève.

Dans la nuit du samedi 31 août au dimanche 1er septembre, le personnel soignant, n'étant donc plus assigné, s'est déclaré gréviste à minuit. Ils ont appelé la cadre d'astreinte pour la prévenir et avaient donc légalement le droit de quitter leur poste. Les trois syndicats CFDT, CGT et CFTC avaient en effet prolongé la grève jusqu'à fin septembre, le préavis a été communiqué au directeur courant août.  

Selon Elisabeth Da Silva, secrétaire générale de la CGT de l'hôpital d’Épinal et aide-soignante, le personnel soignant est resté sur place "par conscience professionnelle" pour accomplir les urgences vitales afin de ne mettre personne en danger. 

Le directeur était administrateur d'astreinte ce soir-là. Eric Sanzalone est donc venu dans la nuit faire des assignations, au moins pour les agents des urgences.   

Un problème de fond, selon les syndicats

L'hôpital d’Épinal est en grève depuis trois mois. Tous les services ont posé des revendications : ils reprochent le manque de personnel, de matériel et de considération.   

Elisabeth Da Silva, secrétaire générale de la CGT de l'hôpital d’Épinal, dénonce "un manque de respect pour le droit de grève des agents et pour le patient aussi, car le personnel soignant aurait pu partir". Elle fustige : "On ne peut pas se permettre ça. Les violences existent toujours, heureusement, nous avons un agent de sécurité la nuit, désormais. Mais on attend le brancardier présent 24h/24, c'est en cours de recrutement. Et les heures supplémentaires, c'est toujours aussi dur pour se les faire payer."  

Interrogé, le directeur a déclaré considérer cet épisode comme un "non-évènement", se refusant à tout commentaire supplémentaire.

Choix de la station

France Bleu