Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hôpital : des milliers de soignants manifestent pour refuser "un retour à l'anormal"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Ce mardi, infirmiers, aides-soignants, médecins ou encore aides à domicile ont battu le pavé pour réclamer davantage de moyens. Des milliers de manifestants se sont mobilisés à Paris, Angers, Pau ou encore Lyon et Marseille.

Des milliers de soignants ont manifesté partout en France pour réclamer davantage de moyens.
Des milliers de soignants ont manifesté partout en France pour réclamer davantage de moyens. © Maxppp - Nicolas Parent

"Il est urgent d'agir" : des milliers de soignants étaient dans la rue ce mardi pour réclamer davantage de moyens pour l'hôpital et les structures de santé. Plus de 220 rassemblements étaient organisés dans toute la France, à l'appel de plusieurs organisations et syndicats. Infirmiers, médecins, brancardiers ou encore aides-soignants se sont mobilisés pour obtenir des embauches, une revalorisation des salaires ou encore l'arrêt de toutes les fermetures d'établissements, de services et de lits.

Cette mobilisation intervient en plein "Ségur de la Santé", cette vaste concertation mise en place pour bâtir le nouveau plan hôpital, promis par le gouvernement d'ici l'été.

Des incidents à Paris

A Paris, le rassemblement était prévu à 14h avenue de Ségur, près du ministère de la Santé. La CGT parle, selon un journaliste présent sur place, de 30.000 manifestants rassemblés, la police a elle compté 18.000 personnes. Dans le cortège, on pouvait voir de nombreuses pancartes : "Ségur = imposture" ou encore "Hôpital asphyxié / I can't breathe", en référence au mouvement "Black lives matter" contre les violences policières. 

Pour le secrétaire de Force ouvrière, Yves Veyrier, "il faut absolument que les réponses soient à la hauteur des attentes" et concernent "l'ensemble des personnels", y compris les non soignants.

Selon la préfecture de police de Paris, "des groupes violents" ont tenté "de faire dégénérer la manifestation pacifique des soignants". Des projectiles ont été lancés en direction des policiers. Des voitures et du mobilier urbain ont été brûlés. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes contre plusieurs centaines d'individus. 32 personnes ont été interpellées.

Des mobilisations partout en région

A Metz, des centaines de soignants se sont rassemblés. En Alsace, des milliers de personnes ont défilé à Strasbourg, devant le siège de l'Agence régionale de santé.

Rassemblement également au Mans ou encore à Dijon ce mardi après-midi, qui réunit environ un millier de manifestants.

A Valence, 3.000 manifestants selon la CGT (1.000 selon la police) ont défilé pour demander "des moyens et revalorisation des salaires" plutôt qu'une médaille. A Mulhouse, le personnel des services de réanimation, sur le front lors de la crise du coronavirus, a été très applaudi.

A Montpellier, près de 3.000 personnes ont battu le pavé : ils ont voulu rappeler au gouvernement les promesses faites à l’hôpital au moment du pic de l'épidémie de Covid-19.

A Toulouse, la CGT estime que 20.000 manifestants se sont rassemblés ce mardi : des soignants, mais aussi des intermittents ou des pompiers. Ils étaient aussi des milliers à Nantes et Saint-Nazaire.

A Chambéry, les soignants ont réclamé "du fric pour l'hôpital public". Rassemblement aussi à Clermont-Ferrand et à Cannes, qui a réuni une bonne centaine de manifestants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess