Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Hôpitaux : 150 urgentistes marseillais attendus dans le cortège parisien

-
Par , France Bleu Provence

Une intersyndicale appelle à une nouvelle journée d'action, ce mardi, pour de meilleures conditions de travail aux urgences. 150 professionnels de santé marseillais vont rejoindre le cortège parisien. La grève se poursuit à l'hôpital d'Aix-en-Provence.

Les urgences d'Aix-en-Provence en grève depuis plus de deux mois
Les urgences d'Aix-en-Provence en grève depuis plus de deux mois © Radio France - Sébastien Cabrita dos Santos

Marseille, France

Ils sont appelés à défiler devant le ministère de la Santé : des milliers d'infirmiers, d'aide-soignants et d'agents d'accueil sont attendus à Paris, ce mardi, à l'appel de l'intersyndicale CGT, FO, Sud-Santé et CFE-CGC. 150 professionnels marseillais devraient, à en croire le syndicat Force Ouvrière, faire le voyage pour gonfler le cortège. 

Des personnels épuisés, physiquement et mentalement

"Tout le monde est épuisé, se désole Audrey Jolibois, secrétaire générale de Force Ouvrière aux hôpitaux de Marseille (AP-HM). Les personnels n'ont plus de RTT, sont rappelés sur leurs jours de congés et vivent, quand ils ne sont pas au travail, à côté de leur téléphone portable"

"Compliqué d'accepter de se faire insulter, cracher dessus ou de se faire mordre à l'oreille" - Anne-Sophie, infirmière à l'hôpital d'Aix-en-Provence

Situation similaire à Aix-en-Provence, où le mouvement de grève commencé il y a deux mois se poursuit : "C'est un ras-le-bol général, témoigne Anne-Sophie, infirmière dans le service depuis douze ans. Ça devient compliqué d'accepter, quand on rentre le soir, de s'être fait insulté par les patients, craché dessus, de ne pas avoir eu le temps de s'asseoir pendant la journée, de boire un verre d'eau ou d'aller aux toilettes"

"Pas de droit de grève"

Depuis le début de leur mouvement, les personnels des urgences d'Aix-en-Provence ne travaillent plus en blouse blanche, mais en t-shirt noir. Seul signe distinctif pour faire "vivre la grève et leurs revendications", estime Anne-Sophie. "On est grévistes, mais ça ne sert strictement à rien, regrette l'infirmière, puisque nous sommes réquisitionnés. Si l'on ne se présente pas, c'est considéré comme un abandon de poste"

Selon le collectif Inter-Urgences, qui regroupe l'ensemble des personnels paramédicaux grévistes français, plus de 90 services d'urgences seraient désormais en grève.