Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hôpitaux de Strasbourg : moins de déficit mais du personnel sous tension

-
Par , France Bleu Alsace
Strasbourg, France

Les Hôpitaux de Strasbourg ont baissé de moitié leur déficit. Il est actuellement d'environ 20 millions d'euros selon la direction. Pour les syndicats, les économies réalisées mettent en tension le personnel de l'établissement.

Le déficit des Hôpitaux de Strasbourg est actuellement d'environ 20 millions d'euros
Le déficit des Hôpitaux de Strasbourg est actuellement d'environ 20 millions d'euros © Maxppp - F.Delhomme

Les Hôpitaux de Strasbourg ont présenté leur bilan pour l'année 2016. Une activité en hausse de 4,5%, 150.000 passages aux urgences et 520.000 consultations. Les Hôpitaux présententsurtout un déficit en baisse. En deux ans, il a diminué de moitié. Il est actuellement compris, selon le directeur général des Hôpitaux de Strasbourg, Christophe Gautier "entre 15 et 20 millions d'euros".

Le directeur général explique comment ce résultat a été obtenu. Tout d'abord parce que "des efforts ont été réalisés sur la durée de séjour des patients". Les patients restent moins longtemps qu'avant en convalescence, grâce selon Christophe Gautier à "l'efficience des soins". Il y a donc 60 lits en moins aux Hôpitaux de Strasbourg. De plus, "les services ont été réorganisés".

Une réorganisation qui passe mal pour les syndicats

Côté syndicat, cette "réorganisation" passe mal. Pour Christian Prud'hommes, secrétaire régional FO en Alsace, les hôpitaux de Strasbourg sont en tension à cause de l'épidémie de grippe depuis le 26 décembre dernier.

Selon lui, "les conditions de travail se sont détériorées au fil des années" à cause "d'une pression budgétaire". Christian Prud'hommes estime que désormais à l'hôpital, "ce qui prime c'est le budget, la variable ajustable c'est le personnel". Il raconte que "les soignants sont tellement sollicités de revenir sur leur congés, sur leur récupérations, c'est de la gestion au coup par coup même les cadres sont en difficulté. Ils passent la moitié de leur temps à travailler sur les plannings. On travaille en flux tendu que ce soit côté agent ou du côté du nombre de lits".

Selon Raphaël Bouvier, du syndicat CGT, les économies et "l'argent, on le trouve sur le dos des personnels, sur les postes non remplacés, des départs à la retraite non remplacés et des salaires qui n'augmentent pas. On dit que les fonctionnaires sont bien payés mais c'est pas la réalité. Je travaille à l'hôpital depuis 19 ans et je gagne 1.323 euros net".

Les fédérations santé des syndicats FO, CGT et Sud, organisent une rencontre ce jeudi avec les représentants syndicats de ces trois syndicats pour préparer une nouvelle journée de manifestation le 7 mars à Paris. Les personnels avaient déjà manifesté, à Strasbourg, en novembre dernier pour dénoncer la politique d'austérité qui touche la santé.

Des projets en cours pour 2018

Les Hôpitaux de Strasbourg poursuivent leurs investissements pour l'année 2017. En tout 70 millions d'euros sont investis par les hôpitaux et pas l'Etat dans deux projets. Deux bâtiments qui accueilleront en 2018, l'Institut de Recherche du Cancer et le Pôle médico-technique locomoteur. Ce pôle va regrouper un plateau technique de Hautepierre et toutes les activités du pôle locomoteur notamment.

Selon Jean-Pierre Kintzinger, représentant des usages des Hôpitaux de Strasbourg, "l'hôpital est en crise, c'est une réalité, dans le cas des hôpitaux de Strasbourg, ils se trouvent dans l'obligation d'investir dans les nouvelles pratiques mais ce sont des investissements lourds et ils doivent aussi maintenir l'existant, c'est un passage difficile". Pour Jean-Pierre Kintzinger, "ce qui fait tenir le système en ce moment", c'est "la qualité et le dévouement des personnels des hôpitaux qui sont en colère", ce qu'il "peut comprendre".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess