Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Huit élus de l'Yonne défendent le centre départemental d'appels d'urgences menacé de fermeture

mercredi 25 octobre 2017 à 20:05 Par Charlotte Lalanne-Labeyrie et Benoît Jacobo, France Bleu Auxerre

Le centre d'appels des urgences va-t-il bientôt disparaitre dans l'Yonne ? L'Agence régionale de santé envisage le transfert du "15" d'Auxerre à Dijon en 2022. Huit élus icaunais viennent d'écrire à la ministre de la santé pour défendre la médecine d'urgence à Auxerre.

En 2016, le centre d'appels d'urgences de l'Yonne a traité 166 000 appels [Illustration]
En 2016, le centre d'appels d'urgences de l'Yonne a traité 166 000 appels [Illustration] © Maxppp -

Auxerre, France

Le centre d'appels des urgences de l'Yonne pourrait bientôt fermer. L'Agence régionale de santé envisage de transférer le fameux "15" d'Auxerre à Dijon à l'horizon 2022. C'est l'un des axes de son Schéma Régional de Santé.

En 2016, le 15 a reçu 166 000 appels dans l'Yonne alors pour défendre la médecine d'urgence, huit élus icaunais de tous bords ont écrit à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Parmi eux, Guillaume Larrivé, André Villiers, et Michèle Crouzet, députés de l'Yonne, mais aussi Patrick Gendraud, président du conseil départemental ainsi que les maires d'Auxerre et Sens.

Sans le 15, la désertification médicale pourrait s'aggraver

Pour le député de l'Yonne Guillaume Larrivé, à l'origine de ce courrier, supprimer le 15 risque d'aggraver la désertification médicale dans l'Yonne. "Quand vous êtes à Saint Fargeau et que vous avez besoin en urgence absolue des secours du Samu, aujourd’hui c'est régulé par le 15 à Auxerre. Si demain le service part à Dijon on n'aurait donc plus cette proximité et le département serait encore moins attractif pour des médecins à l'hôpital d'Auxerre" déplore-t-il.

Guillaume Larrivé : "Le maintien du 15 est un enjeu crucial pour l'Yonne"

Pascal Gouin partage cette inquiétude : le directeur du centre hospitalier d'Auxerre (CHA) rappelle que l'Yonne est "le département qui a perdu le plus de médecins ces dernières années". Pour inverser cette tendance, il faut donc absolument des structures qui permettent d’accueillir des jeunes. "Or, comment peut-on accueillir des médecins de villes s'ils n'ont pas un service départemental qui peut orienter les patients au mieux ?" interroge-t-il.

"Ce n'est pas de Dijon à 150 km qu'on a une connaissance géographique fine de notre département, avec ses difficultés dans le Morvan, dans la Puisaye-Forterre, ou dans le nord du département"

Pascale Gouin : "Il y a un vrai risque d'éloignement de la patientèle"

Le député icaunais Guillaume Larrivé demande une réunion de crise

Autre inquiétude des élus : la suppression de l'hélicoptère à l'hôpital d'Auxerre, alors que celui-ci transporte en moyenne 500 personnes par an. Pour l'heure, les négociations sont en cours entre le Centre hospitalier d'Auxerre et l'Agence régionale de santé.Guillaume Larrivé demande quant à lui une réunion de crise au ministère de la santé pour trouver une solution le plus rapidement possible.