Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des scientifiques ont réussi à dialoguer avec des personnes qui rêvent

-
Par , France Bleu

Lorsque nous sommes dans les bras de Morphée, nous sommes normalement coupés du monde. Pourtant, des chercheurs viennent de découvrir que dialoguer avec une personne qui rêve, c'est possible. Des recherches qui ouvrent la voie à une meilleure compréhension scientifique du rêve et du sommeil.

Communiquer pendant nos rêves, c’est possible
Communiquer pendant nos rêves, c’est possible © Maxppp - Maxime JEGAT

Depuis des années, les scientifiques cherchent à percer les mystères du rêve. Pourquoi rêvons-nous ? Que se passe-t-il exactement dans notre cerveau pendant cette aventure ? 

Jusqu'à maintenant, les chercheurs pensaient que quand nous rêvions, nous étions coupés du monde. Impossible de dialoguer avec quelqu'un d'autre. Une idée qui est aujourd'hui remise en question. Pour la première fois, des chercheurs de l'Inserm, de l’AP-HP, de Sorbonne Université, du CNRS, ont pu démontrer qu’une communication, du scientifique vers le rêveur et vice-versa est possible au cours du rêve. Ces résultats viennent d'être publiés jeudi 18 février dans la revue Current Biology.  

Comment les chercheurs ont fait cette découverte ?  

Pour pouvoir mener cette expérience, les scientifiques ont fait appel à des "rêveurs lucides", c'est à dire des personnes conscientes de rêver lorsqu’elles rêvent et aussi capables d’influer sur le scénario de leur rêve. 

Avant de plonger dans le sommeil, ces "dormeurs" ont d'abord reçu des consignes pour pouvoir communiquer. Les chercheurs ont utilisé différents types de stimulations, comme des questions ouvertes posées à voix haute : "Est-ce que tu aimes ci ou ça ? " ou encore des stimuli tactiles comme des petites tapes

Le patient endormi devait ensuite répondre à ces questions en contractant les muscles de son visage (par exemple en souriant pour dire ‘oui’ et en fronçant les sourcils pour dire ‘non’). Même dans les bras de Morphée, le rêveur était capable de faire du calcul mental. Pour dire "deux" il devait par exemple bouger deux fois les yeux de gauche à droite.  

Evidemment, pour s'assurer que les rêveurs étaient bien en sommeil paradoxal lorsqu'ils répondaient aux questions, les scientifiques ont réalisé des enregistrements électrophysiologiques. Des capteurs avaient été placés sur le menton et les yeux. A chaque fois que le scientifique posait une question, il notait la réponse du rêveur. 

"Nous avions donc une première preuve de concept qu’un dialogue avec un rêveur est possible. Nous nous sommes alors aperçus que plusieurs autres laboratoires dans le monde conduisaient des expériences similaires" explique Delphine Oudiette, chercheuse Inserm à l’Institut du cerveau (Inserm/AP-HP/Sorbonne université/CNRS).  Cette collaboration avec des équipes étrangères leur a permis de confirmer avec des données supplémentaires qu’il est possible d’avoir une communication bidirectionnelle au cours du rêve

Les résultats de ces expérimentations montrent que le rêveur était capable de répondre à un certain nombre de ces stimulations alors qu’il était endormi. 

Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives

Maintenant que les scientifiques savent qu'il est possible de communiquer lorsque l'on rêve, cela ouvre des perspectives pour percer les mystères de l'inconscient, de mieux faire face aux traumatismes, de décoder l’activité de notre cerveau et ainsi mieux comprendre à quoi servent nos rêves, ce qu'ils signifient et le rôle du sommeil.

"L'idée d'une communication à double-sens pouvait paraître une ambition inatteignable" poursuit Delphine Oudiette.Mais maintenant cela "ouvre de nouvelles pistes fascinantes pour l'étude du rêve". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess